Facebook poursuit deux hébergeurs de sites de phishing en justice

Facebook a récemment engagé une poursuite en justice à l’encontre de deux hébergeurs de sites de phishing, rapporte CNET, le lundi 28 octobre dernier. Le réseau social veut effectivement mettre fin à l’activité de certains sites proposant des outils de piratage contre sa propre plateforme comme « HackingFacebook.net » ou encore « iiinstagram.com ».

Pour ce faire, Facebook a engagé une action contre les hébergeurs de ces sites, Web OnlineNIC et ID Shield pour atteinte aux droits d’auteur et cybersquattage. Selon le dossier judiciaire, ces deux entreprises ont hébergé des sites proposant des outils de phishing et de piratage de comptes Facebook.

Crédits Pexels

La plateforme de réseautage affirme avoir envoyé plusieurs demandes de retrait aux entreprises, arguant qu’elles contrefaisaient les marques de commerce de la société, mais sans succès.

Des pirates ciblent le mot de passe des internautes avec de fausses URL

Actuellement, le phishing fait de plus en plus de victimes à cause du fait que les pirates informatiques usent d’URL presque identique à celle des sites Web réels, de manière à berner le plus de monde. Justement les hôtes incriminés hébergeaient des URL presque semblables aux URL officielles de Facebook et Instagram pour inciter les internautes à divulguer leur mot de passe.

À titre d’exemple, un faux site ayant pour URL « m-facebook-login.com » a été conçu pour ressembler exactement à la page de connexion de Facebook.

Pourtant, dans sa poursuite, Facebook argue qu’elle a répertorié au moins 20 sites Internet hébergés par Online NIC et ID Shield utilisant les noms et images de la société pour des activités illicites sur Facebook et Instagram, « HackSomeonesFacebook.com » et « BuyInstagramFans.com » font partie des noms de domaine que ces pirates utilisent.

Facebook compte bien traquer les propriétaires de ces sites

Dans son dossier d’accusation, Facebook a souligné avoir demandé à plusieurs reprises aux hébergeurs de supprimer ces sites de phishing. La société ajoute également avoir envoyé au moins cinq avis à ID Shield pour que celui-ci révèle l’identité des propriétés des sites comme « facebook-login.com ».

« Les gens comptent sur nous pour protéger l’intégrité de nos applications et services » déclare un représentant du réseau social dans un communiqué. « Nous ne tolérerons pas les personnes qui créent des adresses Web qui prétendent être associées à nos services. Le procès actuel montre que nous allons prendre des mesures contre les auteurs de cet abus ».

En attendant, Facebook n’est pas la seule plateforme d’envergure ciblée par les pirates informatiques. En mars dernier, Microsoft avait dû fermer 99 sites Web contrôlés par des pirates iraniens.

Mots-clés facebookphishing