Facebook poursuivi par Washington pour la manière dont l’entreprise gère les données privée

Facebook croule sous la pression de Washington. Le mercredi 19 décembre 2018, le District de Columbia a en effet poursuivi la plateforme sociale pour la manière dont elle traite les données des utilisateurs.

Effectivement, Facebook a été le théâtre de nombreuses violations de la vie privée des utilisateurs ces dernières années. L’affaire de Cambridge Analytica, dans laquelle les données privées de millions d’Américains ont été envoyées à un cabinet de conseil politique engagé par le président de la campagne électorale de Donald Trump, en 2016, en est un exemple.

La plainte allègue que Facebook a non seulement violé la loi sur la protection des consommateurs, mais que le réseau social est aussi allé à l’encontre des procédures du district à cause de la négligence dont il a fait preuve dans le contrôle de ses applications tierces.

Pour le sénateur Mark Warner, un démocrate de Virginie, il est clair que les plateformes de médias sociaux sont dans l’incapacité de garantir la confidentialité et la sécurité de leurs utilisateurs. Par conséquent, « le Congrès doit intervenir » conclut-il.

Le procureur général de Washington a porté plainte contre Facebook

Karl Racine, le procureur général de Washington, qui a lancé la procédure, a déclaré dans un communiqué que Facebook expose les utilisateurs au risque de manipulation en permettant aux entreprises comme Cambridge Analytica et d’autres applications tierces d’accéder aux données personnelles des utilisateurs à leur insu.

Avec cette plainte, le procureur général espère obtenir une ordonnance du tribunal qui obligera Facebook à respecter la loi et à verser une restitution non-spécifiée ainsi que des dommages-intérêts.

Pour l’heure, Facebook affirme examiner la plainte et être impatient de poursuivre les discussions avec les procureurs généraux de Washington.

Un projet de loi pour punir sévèrement les dirigeants incompétents

Le plus grand démocrate du Sénat, Warner, martèle que le réseau social offre trop peu de transparence à ses utilisateurs concernant la collecte et, surtout, l’utilisation de leurs données personnelles.

Pour le sénateur Ron Wayden, un démocrate de l’Oregon, l’une des solutions à ce problème est l’adoption d’une loi qui emprisonnerait les dirigeants qui bafouent la protection de la vie privée des utilisateurs. Selon lui, les dirigeants de Facebook doivent être mis sous pression afin de prendre au sérieux la question de protection de la vie privée des Américains.

Mots-clés facebook