Facebook : un nouveau cas de revenge porn, sur fond de rançon

Facebook a encore été mêlé à une affaire de revenge porn. Une femme originaire de la banlieue de Londres a en effet publié sur la plateforme des photos dénudées mettant en scène son amant, des photos envoyées par la suite à sa femme et ses enfants.

Laura, une trentenaire originaire de Feltham dans la banlieue ouest de la capitale britannique, a partagé pendant un an le lit d’un homme marié, un homme dont l’identité n’a pas été communiquée.

Revenge Porn Facebook

La relation n’a cependant pas duré et l’homme mystère a fini par quitter sa maîtresse, mettant ainsi un terme à leur histoire.

Tout est parti d’une simple rupture

Laura a mal vécu la rupture cependant et elle a donc eu l’idée de se venger en publiant des photos dénudées de son ancien amant sur les réseaux sociaux afin de rendre publique leur relation adultère.

La femme ne s’est d’ailleurs pas limitée à ces photos puisqu’elle a aussi publié des captures écran des messages échangés durant leur relation.

Histoire d’enfoncer le clou, Laura a également pris soin d’envoyer ces divers contenus à la femme de son ancien amant et à ses anciens enfants sur Facebook et Twitter. Toutefois, elle ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle a ensuite contacté son ancien amant pour lui proposer de retirer tous ces contenus en échange de 6 000 £, soit un peu plus de 6 700 € en appliquant les taux de conversion actuellement en vigueur.

Bien sûr, ce dernier a refusé de répondre au chantage et les photos ont continué de circuler sur les réseaux sociaux. Loin de se circonscrire à la simple sphère familiale, la fuite a rapidement pris de l’ampleur et ces photos ont fini par tomber entre les mains des collègues de l’infortuné amant.

L’affaire a fini devant les tribunaux

Ce dernier a donc attaqué sa maîtresse en justice et le tribunal a condamné Laura à une peine d’emprisonnement de 18 mois ainsi qu’à une amende de 115 £ à reverser à la victime. Elle devra également s’acquitter des frais de justice et respecter l’ordonnance de non-communication de deux ans fixée par le tribunal.

Le revenge porn fait des dizaines de victimes chaque année et la France est elle aussi touchée par le phénomène. Plus tôt dans l’année, deux Français originaires de Guyancourt et d’Arles ont ainsi été condamnés par le tribunal après avoir diffusé des contenus compromettants.

Il faut d’ailleurs savoir que cette pratique est fermement condamnée dans l’hexagone et les contrevenants s’exposent ainsi à une peine de deux ans d’emprisonnement pouvant être accompagnée d’une amende de 60 000 €.