Facebook soutient les règles de distanciation sociales contre le coronavirus

Depuis l’apparition des premiers cas en Chine, le coronavirus Covid-19 touche aujourd’hui des millions de personnes et a fait des milliers de victimes. Pour ne rien arranger, à l’heure actuelle aucun traitement spécifique n’est encore disponible pour soigner cette maladie. Ainsi faute de traitement, la prévention reste la meilleure arme : confinement et distanciation sociale.

Nous vivons actuellement dans une ère d’avancée technologique et dans l’ère de la communication. Cela fait du coronavirus l’une des maladies les plus médiatisées au monde. Toute l’actualité se tourne aujourd’hui vers l’évolution de la maladie à chaque instant.

(Crédits Pixabay)

Les réseaux sociaux ne font pas exception à ce phénomène.

Le réseau social Facebook est l’un des plus étendus et les plus fréquentés au monde. Il influence donc des millions de gens par jour. La situation actuelle de confinement généralisé provoque des tensions dans le monde entier.

Le réseau social offre ainsi un moyen à chacun de s’exprimer en public et de diffuser ses idées.

En accord avec les mesures

Dans le but de se conformer aux directives prises par l’État, Facebook va exercer un contrôle plus strict sur ses contenus.

Aux États-Unis, par exemple, l’entreprise a consulté les gouverneurs sur les manifestations anti-quarantaines pouvant enfreindre les règles de distanciations sociales. La plateforme a déjà supprimé des messages faisant la promotion de ces manifestations anti-quarantaines.

Cette mesure a été prise en Californie, au New Jersey et au Nebraska. Facebook travaillerait également avec les États de New York, de Pennsylvanie et du Wisconsin pour déterminer si les manifestations anti-quarantaines enfreignent les règles de distanciations sociales au sein de ces États. Cela montre la volonté de l’entreprise à s’adapter aux règles de chaque État.

Plus de contrôle sur Facebook

Depuis le début de la pandémie, le réseau social Facebook a fait office de tribune publique et de vecteur d’informations informelles.

Que ce soit les publications de vidéos ou les posts sur le coronavirus, les fausses informations et les incitations à la panique ou à la rébellion ont été nombreuses. Face à cela, la société a déjà annoncé son intention de lutter contre la désinformation sur le coronavirus en janvier.

Après plusieurs mois de confinement, la tendance actuelle est la contestation de la quarantaine. Facebook fait office de plateforme de promotion pour les manifestations anti-quarantaines. L’entreprise a ainsi décidé d’intensifier son contrôle en supprimant les publications incitant à enfreindre les règles de distanciation sociales.

La liberté d’expression sur Facebook a indéniablement du bon, mais elle est aussi l’une des plus grandes sources de désinformations. Malgré les premières précautions prises par l’entreprise, de nouveaux abus des utilisateurs poussent à exercer un contrôle plus intensif sur les publications. Facebook prend également soin d’adapter ses mesures aux réglementations de chaque État.