Facebook supprime des centaines de faux comptes créés par des sociétés de marketing en Egypte et en Inde

Facebook multiplie les efforts pour convaincre les utilisateurs et les régulateurs de sa transparence. Plus tôt dans le mois, CNet a rapporté que le plus grand réseau social au monde a publié un nouveau rapport mensuel de ses activités dans lequel il a indiqué qu’il a supprimé plusieurs centaines de comptes et de pages ayant eu un « comportement inauthentique coordonné ».

Ce comportement implique la création de dizaines ou de centaines de faux comptes et de s’en servir pour promouvoir des idéologies ou rediriger les utilisateurs vers des sites Web de désinformation. Il semblerait ainsi que Facebook ait identifié ce comportement en février dernier sur des centaines de comptes et pages menant des campagnes trompeuses et qui semblaient être rattachés à des entreprises marketing égyptiennes et indiennes.

Crédits Pixabay

Bien que Facebook n’ait pas pu identifier l’objectif des sociétés, Nathaniel Greicher, responsable de la politique de cybersécurité de Facebook, a déclaré que les comportements inauthentiques de ces comptes et pages permettaient de les supprimer du réseau social en vertu de la politique de Facebook.

Facebook donne un avertissement

Apparemment, il n’est pas à rayer que ces entreprises indiennes et égyptiennes aient été engagées par des personnes pour créer ces comptes ou qu’elles les ont créés d’elles-mêmes pour gagner de l’argent. Dans les deux cas, Gleicher déclare que la suppression de ces comptes et pages de la plateforme a pour but « la dissuasion » et ajoute :

Nous voulons que ce soit clair que si vous essayez de construire un modèle commercial autour de la tromperie, nous vous trouverons, vous démonterons et rendrons ce modèle commercial non rentable.

Dans son rapport de 16 pages, Facebook détaille les deux campagnes indiennes et égyptiennes qu’elle a supprimées de sa plateforme. La première aurait ciblé les utilisateurs britanniques, américains, canadiens, et ceux proches du golfe Persique. Les comptes et pages affiliés tentaient de redirigeaient les utilisateurs de Facebook vers des sites Web distincts qui revêtaient des airs de sites d’actualité mais qui étaient en fait associés à la société indienne de marketing numérique, aRep Global.

Ces comptes, groupes et pages faisaient l’éloge d’événements sportifs au Quatar et critiquaient la Premier League anglaise tout en commentant fréquemment les questions portant sur les droits de l’homme. Selon Facebook, certains faux comptes se présentaient comme appartenant à des journalistes et des militants. En tout, Facebook a supprimé 37 comptes, 32 pages, 11 groupes sur Facebook et 42 comptes Instagram qu’elle pense faire partie de la campagne.

Les sociétés de marketing New Waves et Flexell ont été bannies de Facebook

La seconde campagne est, selon Facebook, liée à des sociétés de marketing égyptiennes qui ne sont pas à leur première violation des règlements du réseau social. Il s’agit des entreprises New Waves et Flexell qui avaient été liées à des faux comptes identifiés et supprimés par Facebook en août et en octobre. Leur campagne, qui comprenait 333 comptes, 195 pages et 9 groupes Facebook et 1194 comptes Instagram, s’adressait à un large public résidant en Amérique du Nord et au Moyen-Orient.

Pour ces sociétés, Facebook a appliqué un châtiment plus sévère : le bannissement. Comme le déclare Gleicher :

Nous avons vu ces acteurs redoubler d’efforts pour s’engager dans la tromperie sur la plateforme. Nous prenons donc des mesures plus drastiques aujourd’hui.

En tout cas, on peut dire que Facebook multiplie les efforts sur plusieurs fronts, notamment, la répression des vols de données de ses utilisateurs, ou encore la lutte contre les infox sur le coronavirus.

Mots-clés facebook