Facebook traîné en justice par un réfugié à cause d’un selfie

Anas Modamani a fui la Syrie en 2015 lorsque le conflit a éclaté dans son pays. Comme des milliers d’autres personnes, il a trouvé refuge en Allemagne et plus précisément dans la banlieue de Berlin.

Angela Merkel est venue rendre visite aux réfugiés de ce camp durant l’été de la même année. Anas était présent. La chancelière allemande lui a souhaité la bienvenue et il lui a alors demandé si elle accepterait de poser avec lui sur un selfie. Visiblement touchée par la proposition, elle a donné son accord et notre ami a pu prendre sa photo.

Selfie Facebook

Un réfugié syrien a décidé de porter plainte contre Facebook à cause d’un selfie… ou plutôt de la manière dont il est utilisé.

Contre toute attente, ce fameux selfie est devenu très viral par la suite.

Anas Modamani est devenu une célébrité après avoir pris un selfie en compagnie d’Angela Merkel

Il a en effet été repris par de nombreux médias, comme un symbole de l’accueil réservé aux réfugiés syriens par le gouvernement allemand. En l’espace de quelques semaines, Anas est devenu une véritable célébrité.

Cette photo est alors devenue pour lui un véritable porte-bonheur.

La situation s’est malheureusement gâtée par la suite. De nombreux sites peu recommandables ont en effet utilisé la photo pour illustrer des articles de propagande. Des articles entièrement faux, bien entendu.

Anas a ainsi été accusé tour à tour d’avoir mené l’attaque de Bruxelles en mars 2016, mais aussi celle de l’attentat suicide d’Ansbach l’été dernier. Même chose en décembre. Notre ami a été désigné comme l’agresseur du sans-abri qui a été immolé à Berlin.

Ces articles avaient tous une chose en commun : ils ont été partagés sur Facebook. Massivement, bien entendu. Certaines publications ont en effet enregistré des centaines de millions de partages et tout autant de réactions.

Anas a commencé par signaler ces publications. Certaines ont été supprimées, mais cela n’a pas arrangé la situation. De nouveaux articles du même genre ont très rapidement émergé sur la plateforme.

De nombreux sites anti-migrants ont utilisé sa photo à son insu

Épuisé, Anas a donc été voir un avocat et il a décidé de porter plainte contre le géant des réseaux sociaux.

Selon Me Jun, son avocat, le jeune homme aspire simplement à une vie calme. Il travaille depuis plusieurs mois dans un fast-food et il est actuellement en train d’apprendre la langue de Goethe afin de pouvoir poursuivre ses études et s’intégrer à la société. Chose plutôt difficile lorsque des sites vous identifient comme un terroriste.

Facebook ne voit évidemment pas les choses de cette manière. Un porte-parole de l’entreprise a ainsi déclaré avoir “rapidement supprimé l’accès au contenu signalé” et il ne comprend donc pas pourquoi Anas assigne l’entreprise en justice.

Une chose est sûre en tout cas, cette histoire ne risque pas d’améliorer la réputation de Facebook en Allemagne. Il faut effectivement rappeler que le CDU menace depuis plusieurs mois l’entreprise d’instaurer un système d’amendes si les contenus signalés ne sont pas supprimés assez vite, un système qui pourrait coûter très cher à la société.