Facebook : un homme arrêté suite à une erreur de traduction

Facebook s’est une nouvelle fois retrouvé au cœur d’une drôle d’affaire à la mi-octobre. Un Palestinien a en effet été arrêté par la police israélienne suite à une erreur de traduction de la part des algorithmes de la plateforme.

Facebook propose depuis plusieurs années maintenant une fonction de traduction sur son service. Lorsque les utilisateurs tombent sur une publication écrite dans une langue étrangère, ils ont la possibilité de la traduire en cliquant sur un lien spécialement dédié à cet usage.

Erreur traduction Facebook

Cette option de traduction fonctionne assez bien, mais elle n’est pas non plus parfaite et il lui arrive ainsi de commettre des impairs.

Quand une traduction fantaisiste de Facebook conduit à l’arrestation d’un homme innocent

Selon Haaretz, elle a même conduit à l’arrestation d’un homme parfaitement innocent la semaine dernière.

A la mi-octobre, donc, un Palestinien dont l’identité n’a pas été communiquée a partagé sur Facebook une photo de lui où il posait aux côtés d’un bulldozer installé dans un chantier de construction situé à proximité de Jérusalem, dans la colonie de Beitar Ilit en Cisjordanie. L’image était accompagnée d’un message simple rédigé en arabe : “Bonjour à tous”.

Mais voilà, Facebook a voulu faire du zèle et le service a ainsi proposé en guise de traduction automatique la légende suivante : “Attaquez-les”. Inquiets, plusieurs habitants de la région ont donc envoyé une copie du message aux autorités et ces dernières ont immédiatement dépêché des policiers sur place afin de procéder à l’arrestation de l’homme.

Une réaction assez logique compte tenu du contexte actuel et des tensions secouant la région.

L’homme a été relâché quelques heures plus tard

Fort heureusement pour l’infortuné, la police israélienne a rapidement réalisé son erreur après avoir obtenu un accès au message incriminé et après l’avoir montré à des officiers arabophones.

Ces derniers ont en effet tout de suite compris que le problème venait d’une mauvaise traduction des algorithmes du service et l’homme a été relâché dans la foulée.

Pour l’heure, personne ne sait comment l’algorithme de Facebook a pu commettre une telle erreur compte tenu des différences entre les expressions arabes et hébraïques. L’ouvrier, de son côté, n’a pas cherché à trouver une explication rationnelle et il a ainsi préféré supprimer son statut en rentrant chez lui afin d’éviter de nouvelles poursuites.

Mots-clés facebookweb