Facebook : une plateforme sûre pour les adolescents ?

Reset Australia s’insurge contre la manière dont les réseaux sociaux collectent et exploitent les données personnelles de leurs utilisateurs. L’association incite le gouvernement fédéral à encadrer cette pratique qu’elle juge, pour l’heure, opaque. Elle exige non seulement davantage de transparence, mais encore le consentement explicite des parents lorsqu’il est question de cibler des mineurs en matière de publicité.

Chris Cooper, Directeur exécutif de l’organisme, soupçonne juste Facebook de cibler les mineurs de façon inappropriée pour leur âge. Il s’avère par exemple que cette catégorie de population peut voir des contenus publicitaires sur des produits de consommation normalement réservés aux adultes.  

Crédits Pixabay

Comment l’association est-elle parvenue à ce constat ? Un compte publicitaire a été créé  pour tester les options proposées par Facebook via sa plateforme Ads Manager.

Les annonceurs et les usagers peuvent limiter l’accès à certaines informations

Officiellement, Facebook interdit aux annonceurs d’afficher des publicités incitant par exemple les jeunes de moins de 18 ans à boire de l’alcool. Or, Reset Australlia s’est vu accorder l’opportunité de cibler 740 000 Australiens de 13 à 17 ans. Selon les algorithmes, ces derniers sont supposés manifester un certain intérêt pour les boissons alcoolisées, les paris et le tabac.

Le géant du web avance que les professionnels disposent désormais d’outils leur permettant de contrôler l’accès des internautes aux contenus diffusés, en fonction de leur âge. De son côté, Apple a d’ailleurs déployé iOS 14.5 sur ses appareils, avec une fonction pouvant empêcher Facebook de suivre les utilisateurs à des fins publicitaires.

Facebook a confiance en sa capacité de modération 

L’association a tenté de faire approuver quelques annonces qui s’adressent directement aux adolescents désireux de passer un été festif. Les offres particulièrement alléchantes, qui mettent en évidence les cocktails à déguster et les prix à gagner, n’ont finalement pas été diffusées par le réseau social.

Dans un communiqué de presse, le porte-parole de Facebook affirme que les requêtes sont étudiées avant que les contenus ne soient mis en ligne. Il en est de même après leur publication. Ceux qui vérifient la conformité des messages à la règlementation locale et à la politique de la société sont appuyés par les systèmes automatisés.

Mots-clés facebook