Facebook va mettre en place des restrictions sur Facebook Live suite à l’attentat de Christchurch

Le 15 mars 2019, le monde entier a été ébranlé par l’attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui a causé la mort de 51 personnes. Sans le vouloir, Facebook s’est retrouvé au centre de la polémique, car l’auteur de l’attentat avait utilisé la plateforme de vidéo en direct, Facebook Live, pour diffuser le massacre.

Suite à cette affaire, Facebook a fait l’objet de pressions l’obligeant à revoir les règles d’utilisation de sa plateforme. Le 29 mars 2019, le réseau social de Mark Zuckerberg avait cédé en promettant qu’il allait prendre des mesures  pour lutter contre les contenus racistes se rapportant au « suprématisme blanc ».

facebook-rencontre-amis2

Après des semaines d’incertitude, Facebook a finalement tenu sa promesse, annonçant la mise en place de restrictions liées à l’utilisation de Facebook Live.

Facebook applique des mesures sévères

En mars dernier, le réseau social a fait savoir par le biais d’un message publié sur le blog d’Instagram qu’il allait prendre des mesures radicales pour éviter que ce genre d’évènements ne se reproduise sur la plateforme.

Deux mois plus tard, le réseau social veut prouver qu’il est digne de confiance et a appliqué de nouvelles restrictions qui impliquent notamment l’interdiction d’utilisation de Facebook Live à tous ceux qui enfreignent les règles.

Une interdiction d’une durée limitée

« Jusqu’à aujourd’hui, si des personnes publiaient du contenu contraire aux standards de la communauté, sur Facebook Live ou ailleurs sur la plateforme, nous supprimions leurs contenus. S’ils continuaient de publier du contenu enfreignant nos standards, nous les empêchions d’utiliser Facebook pendant un certain temps, leur retirant ainsi la possibilité d’utiliser Facebook Live », a indiqué le réseau social.

Désormais, tous ceux qui enfreindront les règles édictées par le réseau social se verront exclure pour une durée limitée. Par exemple, si une personne partage un lien risqué en rapport avec un groupe terroriste, elle peut se voir interdire l’utilisation de la plateforme pour une durée pouvant aller jusqu’à 30 jours. Cette mesure sera effective dès le 22 mai prochain.

Les restrictions de Facebook vont aussi toucher d’autres domaines, comme cela a été indiqué dans un communiqué : « Nous prévoyons d’étendre ces restrictions à d’autres domaines au cours des prochaines semaines, en commençant par le fait d’empêcher ces personnes de créer des publicités sur Facebook. »