Covid-19 : le facteur aggravant que personne n’avait vu venir

La Covid-19 n’a pas le même impact sur tous les individus. Les symptômes diffèrent en effet d’un patient à l’autre, de même pour leur gravité. Et plus d’un an après le début de la pandémie, nous continuons d’en apprendre sur le virus, comme le prouve cette toute nouvelle étude.

Comme le rappelle le Ministère des Solidarités et de la Santé, si l’ensemble de la population est susceptible de contracter la Covid-19, certains individus présentent des facteurs à risque qui peuvent les mettre en danger.

Image par Szilárd Szabó de Pixabay
Image par Szilárd Szabó de Pixabay 

L’âge en est un. Les personnes de plus de 65 ans ont en effet plus de chances de développer des symptômes graves. Des symptômes qui peuvent les mener tout droit en réanimation… ou à la morgue.

La Covid-19, une maladie face à laquelle nous ne sommes pas tous égaux

Ce n’est cependant pas le seul facteur aggravant connu. Comme le Haut Conseil de la Santé l’explique dans l’un de ses avis, les personnes possédant des antécédents cardiovasculaires comme de l’hypertension artérielle compliquée, des accidents vasculaires cérébraux ou même de l’insuffisance cardiaque de stage NYHA III ou IV peuvent potentiellement développer des symptômes plus graves que des personnes en bonne santé.

Même constat pour les personnes diabétiques ou souffrant d’une pathologie chronique respiratoire. Le HCSPA cite notamment les individus ayant développé des broncho-pneumopathies obstructives, de l’asthme sévère, des fibroses pulmonaires, une mucoviscidose ou même souffrant d’apnées du sommeil. Sans oublier les patients souffrant d’une insuffisante rénale chronique exigeant des dialyses ou encore les malades atteints de cancer évolutif sous traitement.

Toutefois, il ne faut pas forcément souffrir d’une maladie chronique pour être en danger. Les chiffres ont en effet montré que des personnes souffrant d’obésité étaient également à risque.

A lire aussi : Covid-19 : le nouveau variant brésilien est arrivé aux Etats-Unis

Des facteurs aggravants en perpétuelle évolution

Une liste dense, donc, et qui n’est pas pleinement exhaustive. En réalité, le HCSPA la met régulièrement à jour avec des avis correctif, en fonction des résultats des nouvelles études organisées sur le terrain.

Or justement, des chercheurs américains ont récemment examiné les dossiers de santé de plus de 260 cliniques externes et de quatre hôpitaux de la ville de New York, une ville très touchée par la pandémie, afin de déterminer si des troubles mentaux pouvaient aussi avoir une incidence sur le risque de mourir de la Covid-19.

Et il semblerait malheureusement que ce soit le cas.

D’après les résultats de cette étude, l’anxiété ou les troubles de l’humeur ne seraient (heureusement) pas des facteurs aggravants, mais il en irait tout autrement de la schizophrénie.

Ces chiffres sont bien entendu à prendre avec un minimum de distance, mais l’étude indique ainsi que les personnes atteintes d’un trouble schizophrène étaient 2,7 fois plus susceptibles de mourir de la maladie.

A lire aussi : Non, les vaccins anti Covid-19 n’affecte pas la fertilité

La schizophrénie, deuxième facteur le plus aggravant après l’âge ?

Un facteur qui a beaucoup surpris les chercheurs et qui ferait du même coup la schizophrénie le second facteur de risque le plus élevé après l’âge. Toujours selon la même étude et histoire de mettre ce chiffre en perspective, les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque ou de diabètes seraient 1,65 et 1,28 fois plus susceptibles de trouver la mort.

En soi, on savait déjà que la schizophrénie pouvait entraîner des morts prématurées, mais ces dernières étaient surtout liées à des comportements à risque, comme le tabagisme, la prise de drogue, l’alcoolisme ou encore l’obésité. Ici, cependant, c’est la maladie elle-même qui est en cause.

Il est encore trop tôt pour expliquer les raisons qui font de la schizophrénie un facteur aggravant, mais les chercheurs responsables de l’étude pensent que cela pourrait être lié aux traitements prescrits aux malades.

A lire aussi : Pour le PDG de Moderna, on va devoir vivre avec la Covid-19

Certains d’entre eux entraineraient en effet des changements importants au niveau des réponses immunitaires.

L’étude peut être consultée à cette adresse.

Mots-clés Covid-19