Faire l’amour 3 fois par semaine, la meilleure cure de jouvence ?

Et si le botox et la chirurgie plastique n’étaient pas la solution pour garder une apparence juvénile ? David Weeks, neuropsychologue à l’hôpital d’Édimbourg, en Écosse, affirme que faire régulièrement l’amour permettrait de paraître beaucoup plus jeune que son âge véritable. Il explique dans un entretien avec la British Psychological Society qu’il suffirait de trois rapports sexuels par semaine pour faire sept à douze ans de moins.

Ce ne sont pas des affirmations à la légère, car une enquête a été menée auprès de 3 500 hommes et femmes âgés entre 20 et 104 ans qui faisaient tous nettement plus jeune que leur âge. Une grande majorité des participants était essentiellement composée de quinquagénaires.

Etude Sexe

Peu importe l’âge ou la classe sociale, toutes les personnes qui ont participé à l’étude présentent un point commun : ils pratiquent régulièrement du sport et font régulièrement l’amour.

Le sport et le sexe aident à rester jeune

Tous les participants étaient interrogés sur leur mode de vie, aussi bien sociale qu’intime.

L’entretien se déroulait dans une pièce avec un miroir sans tain derrière lequel se tenait un jury composé de six personnes qui avait pour mission de déterminer l’âge approximatif de chaque personne interrogée de l’autre côté de la glace.

L’analyse de chaque entretien a permis de remarquer que les sujets qui pratiquaient régulièrement du sport paraissaient plus jeunes que ce qui était indiqué sur leur carte d’état civil. De même pour ceux et celles qui avaient une vie intime assez active, au moins trois rapports sexuels par semaine.

Faire l’amour est bon pour la santé

Pour David Weeks, le sexe n’est pas seulement une cure de jouvence efficace. Ces activités seraient également très bonnes pour la santé. Jouir régulièrement contribuerait à la survie. L’orgasme permet de libérer des endorphines qui sont des antidouleurs naturels.

Chez l’homme, il contribuerait à une meilleure longévité de vie si on en croit une étude publiée en 1997.

Chez les femmes, la stimulation des seins aiderait à réduire l’apparition de cancer du sein.

David Weeks insiste sur le fait que le sexe n’a pas d’âge. Certains estiment qu’il y a un âge où il faut arrêter de faire l’amour. Weeks soutient pourtant que les activités sexuelles sont autant bénéfiques pour les jeunes que pour les personnes âgées : « La satisfaction sexuelle est un des contributeurs majeurs à la qualité de vie, la sexualité des personnes âgées doit être vigoureusement promue. »