Fake News : Whatsapp, lui aussi, à la lutte au travers de la mention “transféré”

Fléau d’entre les fléaux à l’ère des réseaux sociaux, les “Fake News” sont l’ennemi public numéro un de bien des services, à commencer par Facebook. Après avoir mis en place quelques mesures visant à limiter la propagation de ces fausses informations sur sa propre plateforme, la firme de Mark Zuckerberg encourage ses différentes filiales à suivre le mouvement. Dans cet effort collectif s’inscrit désormais Whatsapp. Le service de messagerie instantanée, racheté par Facebook en 2014, vient ainsi d’apposer une étiquette “transféré” à certains messages.

La chose est potentiellement visible de l’ensemble des utilisateurs qui ont téléchargé la dernière mise à jour de l’application, et vise à enrayer la diffusion à grande vitesse – et à grande échelle – de Fake News. Il faut dire que l’image du service a récemment été entachée par plusieurs affaires sordides en lien direct avec la diffusion de fausses informations sur la plateforme.

Whatsapp, lui aussi, s’attaque au problème des Fake News en ajoutant une étiquette “transféré” à certains messages. L’objectif : contrer la propagation éclair de fausses informations.

Principal pays concerné par ce genre d’affaires, l’Inde. Le premier marché pour Whatsapp avec pas moins de 200 millions d’utilisateurs a été marqué par plusieurs cas de lynchages ces derniers mois, suite à des rumeurs relayées au travers du service de messagerie instantanée. Nous avions d’ailleurs eu l’occasion d’en parler à plusieurs reprises depuis le début d’année.

L’Inde : un marché délicat et une population sensible aux fausses informations

Dernier cas en date, le lynchage de 5 hommes accusés à tort, sur les réseaux sociaux et Whatsapp, d’avoir été membres d’un gang de kidnappeurs d’enfants. La mention “transféré” spécifiée sur les messages n’ayant pas été directement écrit par l’émetteur a donc pour but de mettre la puce à l’oreille des destinataires. Reste à savoir si cette initiative suffira à tempérer des esprits échaudés…

En Inde, de nombreux habitants, notamment ceux issus des régions rurales du pays, découvrent tout juste les médias sociaux et n’ont pas encore suffisamment de recul sur ces plateformes pour distinguer les informations authentiques des rumeurs qui y pullulent. Cet accès aux médias sociaux est notamment dû à la démocratisation de terminaux commercialisés à prix cassés par les géants chinois du mobile, mais aussi par Samsung.

La firme coréenne vient d’ailleurs, pour abreuver le marché indien en smartphone entrée de gamme, d’ouvrir la plus grande usine du monde en banlieue de New Delhi. La marque a notamment pour objectif de produire 120 millions de mobiles par an sur le sol indien.

Mots-clés Fake Newswhatsapp