Fast and Furious : cette blague sur la franchise n’embête pas Ludacris

Honnêtement, qui aurait pu prévoir la trajectoire de Fast and Furious ? Franchise débutée au début des années 2000 avec des courses clandestines, l’univers a pris un virage gagnant à partir de Fast Five. Désormais un actionner assumé avec ses scènes d’action qui repoussent les limites sans CGI numériques (enfin, au minimum), Fast and Furious se distingue des super-héros qui pullulent sur nos écrans.

Beaucoup de stars ont rejoint l’aventure comme Dwayne Johnson, John Cena, Helen Mirren ou encore Jason Statham. Fast X, avant-dernier épisode de la franchise, est l’occasion de découvrir de nouveaux venus entre Brie Larson (Captain Marvel) et Jason Momoa (Aquaman).

Tous ces personnages composent la famille de Dom (Vin Diesel) à tel point que la majorité des antagonistes sont désormais à ses côtés après avoir été neutralisés. Un vrai running gag pour les fans !

Crédit : Universal Pictures International

Interrogé à propos de cette constante dans Fast and Furious, l’acteur Ludacris, qui incarne Tej Parker, n’est pas embêté par ce running gag comme il le confie lors d’une interview (via ScreenRant).

À lire aussi : Fast and Furious 10 et 11 : des personnages principaux peuvent mourir, vous êtes prévenus

La famille et l’amour sont importants pour Ludacris

La famille a beaucoup d’importance dans Fast and Furious. Tous les membres sont liés et le clan ne cesse de s’agrandir au fil des épisodes jusqu’à devenir un running gag auprès des spectateurs. Ces blagues qui entourent la famille n’embêtent pas Ludacris comme il le partage en interview.

Cette franchise vieillit très bien. C’est visuellement stimulant, il y a tant de cœur et d’amour dans les films. Tout se résume à ce que nous vivons dans le réel. L’amour et la famille, c’est ce qui compte le plus. Je sais que les gens rient de la famille et de son importance [dans Fast and Furious] mais nous avons besoin de proches, de toujours plus d’amour.

Il est donc normal de continuer à parler de la famille et de l’amour car beaucoup d’entre nous vivent par procuration à travers nos personnages. On puise de l’espoir.

Nous ressentons de la confiance en regardant l’écran et en vivant à travers les uns et les autres. C’est puissant. C’est ce que le cinéma doit être. J’ai entendu Vin [Diesel] dire tout à l’heure que ce n’est pas un film, c’est un mode de vie.

Ludacris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.