Female black-out : un flop pour le mouvement féministe

La violence à l’encontre des femmes est un sujet sensible et difficile à faire éclater au grand jour. Depuis que les médias sociaux existent, différentes formes de protestations sont nées. Beaucoup ont donc tenté de briser le silence en faisant participer toutes les femmes.

Pas plus tard que ce weekend, des messages sur le « female black-out » sont devenus viraux dans nos fils d’actualités.

TripAdvisor

Le « female black-out » est un mouvement qui incite les femmes à protester contre la violence à leurs égards et à alarmer le monde sur la persistance de cette maltraitance. Pour cela, elles devaient remplacer leurs photos de profil par un fond noir et disparaitre de la toile pendant 13 heures.

Cette campagne a été créée à l’image des mouvements de protestation féministes comme le fameux #MeToo ou #WhyIDidntReport.

Un mouvement plutôt paradoxal

Beaucoup ont fait passer les messages sur les réseaux sociaux. Les photos de profil noir devaient attirer l’attention des hommes et les pousser à se demander « où sont toutes les femmes. » Le but était donc de partager un message de solidarité contre la violence conjugale.

Cependant, le mouvement prêtait à confusion.

En disparaissant sur les réseaux sociaux, le black-out laissait plutôt un message de silence et d’invisibilité. Pour ce genre de campagne, la protestation devrait logiquement prendre la forme d’un activisme bruyant. Faire du bruit pour faire éclater la vérité, en somme.

C’est comme si la société incitait les victimes à se taire face à l’oppression, ce qui est plutôt alarmant.

Le Blackout a échoué

Pour beaucoup de femmes, l’idée de disparaître des réseaux sociaux pour dénoncer la violence conjugale semblait donc illogique. La seule manière d’enrayer ces abus consiste en effet à les dénoncer.

Les plateformes sociales sont des instruments très puissants pour véhiculer des messages et initier le changement dans la société. Il faut profiter de cette occasion pour oser briser le silence sur toute forme de violence.

La technologie est aussi faite pour cela même si elle n’a pas le pouvoir de tout changer.