Fermeture de Dark Scandals, un site de pédo-pornographie

Michael Rahim Mohammad, de nationalité néerlandaise, vient d’être inculpé pour avoir été l’administrateur du site Dark Scandals, un site web spécialisé dans la pédo-pornographie et qui diffusait également des scènes de viol. L’IRS ou Internal Revenue Service a annoncé que l’homme était derrière le site depuis l’année 2012.

Selon les informations, le site en question était accessible à la fois sur le darknet sous le nom « DarkScandals Darknet », et sur le clearnet sous le nom de « DarkScandals Clearnet ». Ces deux versions ont été fermées quelques mois avant l’inculpation de Mohammad après que des agents de l’IRS-Criminal Investigation aient eu vent de son existence à la suite d’une enquête concernant une autre branche du darkweb.

Crédits Pixabay

En ce qui concerne Mohammad, les charges qui pèsent contre lui incluent la distribution de contenu pédo-pornographique, le transport et la distribution de matériels obscènes destinés à la vente, la participation à des transactions impliquant la vente et le transfert de matériels obscènes, ainsi que le blanchiment d’argent.

Le fonctionnement du site

D’après ce que l’on sait, les utilisateurs des sites sur le darknet et le clearnet utilisaient des cryptomonnaies comme le Bitcoin pour payer les services,  et ce pour essayer de rester anonyme. Ces utilisateurs pouvaient ainsi obtenir du contenu illégal incluant des vidéos violentes montrant des scènes de viol ou encore impliquant des mineurs, voire des enfants.

Le site comptait près de 2000 vidéos et images et indiquait que le contenu montrait des situations réelles de chantage, de viol, et de jeunes filles forcées à tourner des films pour adulte. Les utilisateurs pouvaient également uploader leurs propres vidéos à condition que celles-ci soient réalisées par eux-mêmes et ne soient pas des scènes préparées mais des scènes réelles montrant de la violence sexuelle.

Une collaboration internationale

Selon Don Fort, chef de l’IRS-CI, les types de crimes mentionnés dans le document d’inculpation de Mohammad sont les plus dégoutants qu’il n’ait jamais eu à traiter en 30 ans de carrière. C’est d’après lui diabolique de faire du profit avec la douleur des autres. Dans le cas de Mohammad, celui-ci aurait reçu près de 2 millions de dollars en vendant du contenu obscène et illégal. Les plaintes déposées contre lui demandent donc à ce que cet argent soit confisqué et remis aux victimes.

De son côté, l’avocat américain Timothy J. Shea a déclaré que les actions des sites du darknet qui profitent du viol et de l’exploitation des enfants sont parmi les actes criminels les plus vils et les plus répréhensibles. Lui et son équipe se disent ainsi prêts à travailler en étroite collaboration avec les Pays-Bas et d’autres pays dans le monde pour amener les auteurs de crimes aussi odieux devant la justice.

L’enquête sur le site Dark Scandals a été menée conjointement par l’IRS-CI basé à Washington,D.C. et le Homeland Security Investigations basé à Colorado Springs et The Hague. Ces agences américaines ont aussi obtenu de l’aide de la part de la police nationale néerlandaise, d’Europol, ainsi que du German Federal Criminal Police.

La fermeture du site Dark Scandals et l’arrestation de son administrateur est un pas dans la lutte contre l’exploitation des violences faites aux femmes et aux enfants. On espère que les efforts vont continuer pour démanteler les différents réseaux criminels qui pullulent au niveau du darkweb.