FIFA 21 a aidé EA à générer 1,6 milliard de bénéfices en un an avec l’Ultimate Team

EA a annoncé avoir réalisé sa dernière année fiscale en date avec un revenu net de 5,63 milliards de dollars. Et sur ce chiffre, 1,62 milliard provient de l’argent récolté via les modes Ultimate Team de ses franchises sportives, FIFA 21 en tête.

Ne serait-ce que sur le secteur footballistique, EA est commercialement intouchable. Et si, du point de vue critique, le géant FIFA commence à avoir les genoux qui tremblent depuis quelques années, les ventes de ses dernières itérations en date ne connaissaient pas la crise, loin de là.

crédit YouTube

Mais peut-être plus encore que les ventes des jeux en eux-mêmes, EA a fort à gagner sur les modes Ultimate Team de ses simulations sportives, des sortes d’albums Panini aux images dématérialisées, avec donc l’odeur enivrante des pochettes en moins.

5,63 milliards de revenus nets engrangés par EA sur l’année fiscale 2020/2021

En annonçant avoir généré 5,63 milliards de revenus nets sur l’année fiscale venant de s’écouler, avec 1,62 milliard de ce chiffre issu de la vente de cartes dans les modes Ultimate Team de ses jeux, l’éditeur américain affiche une santé a priori pas prête de flancher.

Comme rapporté par Gamasutra, l’Ultimate Team représente 29% des revenus d’Electronic Arts sur l’année fiscale 2020/2021. Un mode qui, dans le même temps, fait boiter l’éditeur de par un conflit avec les lois de plusieurs pays sur les jeux d’argent.

Il y a quelques jours avait fuité un document interne à EA dans lequel ce dernier apparaissait vouloir inciter les joueurs à privilégier le mode FUT de ses FIFA aux autres options disponibles.

L’éditeur avait réagi sur son site internet en déclarant, en substance, n’être pas intéressé par le projet de se faire de l’argent :

“Nous ne ‘poussons’ pas les gens à dépenser dans nos jeux. Lorsque nous offrons ce choix, nous faisons très attention à ne pas promouvoir les dépenses plutôt que les gains dans le jeu, et la majorité des joueurs de FIFA ne dépensent jamais d’argent pour des objets en jeu.”

En se disant de même “fermement opposés à l’idée que [les titres] FIFA ou l’un de nos jeux impliquent des jeux d’argent”, les pontes d’EA avaient achevé leur intervention sans vraiment convaincre. Mais, après tout, le public visé par ces propos n’était vraisemblablement pas la minorité de joueurs (re)mettant la main à la poche.