La Bluecar sera bientôt collector

Blue Solutions est une filiale du groupe Bolloré. Spécialisée dans les batteries LMP, elle produisait la Bluecar, une voiture électrique de l’Autolib’ destinée aux particuliers. Néanmoins, l’entreprise envisage sérieusement de stopper la commercialisation de celle-ci. La cause en est que ce module de voiture utilise une batterie trop contraignante. La concurrence ne doit pas non plus aider.

Ainsi, Blue Solutions souhaite renoncer à la vigoureuse compétition avec de grands constructeurs comme Tesla. Dans le marché figurent également des géants de l’automobile comme Toyota, BMW, Volkswagen, etc. Renault s’est aussi allié avec Nissan sur la voiture électrique.

Bluecar

Par cette décision, la start-up affiche sa volonté de changer de stratégie. Elle va notamment se focaliser sur les services, les batteries et leur capacité de stockage.

Bluecar ne séduit pas les particuliers

Si ses concurrents utilisent la technologie lithium-ion, Blue Solutions a préféré recourir à la Lithium Métal Polymère. La batterie LMP est dite sèche et dispose d’un haut degré de sécurité. Cette technologie ne présente aucun risque d’explosion ou de surchauffe. Dotée d’une haute capacité énergétique et d’une autonomie particulière, elle ne peut pas être influencée par les variations climatiques.

Par contre, la LMP s’est avérée être assez contraignante pour les particuliers. Le revers de cette batterie est en fait qu’il faut la maintenir à une température de 80°C. Il est donc nécessaire que la voiture soit constamment branchée lorsqu’elle n’est pas mise en marche.

Vincent Bolloré, le PDG du groupe Bolloré, s’était pourtant montré confiant par rapport à cette technologie. Lors de son lancement, la LMP est appelée à durer « 10 et 15 ans encore, contre 4 à 5 ans », avait-il prédit.

La Bluecar sera bientôt collector

Dans tous les cas, Bluecar sera bientôt collector. Pour l’instant, il est encore possible de se procurer cette voiture électrique de 250 kilomètres d’autonomie. Pour ce faire, il faudra débourser une somme de douze-mille euros avec un bonus de six-mille-trois-cents euros déduits.

Il ne faut pas oublier les 79 euros par mois pour la location de la batterie.

Toute la question est maintenant de savoir si Bolloré en a réellement fini avec ce segment. Rien ne dit effectivement que la filiale ne retentera pas l’aventure une fois les contraintes sur les batteries LMP réglées.