Fin de parcours pour l’iPhone 4 et le MacBook Air 2010

L’information vient de Macotakara, Apple ne procédera plus à la mise à jour de deux de ses terminaux : le MacBook Air 2010 et l’iPhone 4. Ce genre de pratiques est courant chez la marque à la pomme, mais cela risque de poser problème aux propriétaires de ces appareils puisqu’ils ne profiteront plus du moindre service de la marque.

Pour le géant IT, si un produit n’est plus en production depuis une période comprise entre cinq et sept ans maximum, il est étiqueté comme étant ancien et dépassé. À partir de ce moment, les centres de service de la société californienne ne font plus de réparations matérielles sur ledit produit.

MAJ iPhone 4

L’iPhone 4 ne sera plus pris en charge à partir de la fin du mois.

À partir du 31 octobre 2016, Apple ne prendra donc plus en charge la réparation tout comme la mise à jour de l’iPhone 4 et du MacBook Air 2010.

L’iPhone 4 ne sera plus pris en charge par Apple à partir du 31 octobre

Avec la course effrénée à la performance que se livrent les leaders mondiaux de l’informatique, il est tout à fait logique qu’au bout de quelques années, certains produits deviennent désuets. À ce sujet, chaque marque applique ses propres règles.

Pour Apple, la politique d’obsolescence permet de maintenir un certain niveau sur les produits toujours en vente. Se passer d’anciens produits c’est surtout faire des économies sur leur mise à jour et réparation. Cela réduit également les tâches des centres de réparation de l’entreprise.

Quoi qu’il en soit, l’iPhone 4 a beau être abandonné par son créateur, le smartphone reste fonctionnel. Il en est de même pour le MacBook Air 13 pouces 2010, le laptop peut toujours fonctionner sous des versions récentes de Mac OS, en l’occurrence l’édition 10.12.

Concrètement, les propriétaires de ces terminaux devront se tourner vers d’autres spécialistes pour réparer des pannes ou dysfonctionnements de leurs appareils à compter de la fin octobre.

Des observateurs voient en cette politique d’Apple une incitation à peine voilée à changer fréquemment de terminal, et ce, même si ce dernier fonctionne encore très bien. La décision revient aux consommateurs ; investir dans un produit récent ou garder le même terminal et se reposer sur des experts pour d’éventuelles pannes.

Au final, c‘est une question de budget et de principe.