Fin de partie pour Internet Explorer

Il a marqué au fer rouge les années 90 et il a régné en maître sur le marché pendant plusieurs années, mais c’est désormais de l’histoire ancienne et le moment est venu pour lui de prendre sa retraite et de tirer sa révérence. Qui ça ? Internet Explorer, pardi ! Selon The Verge, le navigateur historique ne sera pas présent dans Windows 10 et il va ainsi laisser sa place à une nouvelle marque.

Internet Explorer, IE pour les intimes, est arrivé sur le marché dans les années 90. A l’époque, le web ne ressemblait pas vraiment à ce que nous connaissons à présent.

Fin Internet Explorer

IE va bien prendre sa retraite. Définitivement même.

Tenez, les réseaux sociaux n’existaient même pas. Pareil pour YouTube, Dailymotion ou Vimeo. Les sites se ressemblaient tous et jouaient beaucoup la carte du statique. Il faut dire qu’avec nos modem 56k, nous ne pouvions pas espérer grand chose de plus. Surtout que nos connexions se payaient à prix d’or.

Le colosse aux pieds d’argile

Le téléchargement était très répandu, bien sûr, mais il ne suffisait pas de lancer un logiciel pour récupérer des films et des jeux vidéo. Non, il fallait trouver les bonnes adresses et télécharger ensuite des dizaines de fichiers différents pour reconstituer l’archive et mettre la main sur son contenu. Et encore, ça ne marchait pas toujours.

Pour les navigateurs web, le choix était vite fait, aussi. Il n’y en avait que deux. Netscape et Internet Explorer. Sans surprise, ce dernier s’est très rapidement imposé sur le marché. Il faut dire aussi qu’il avait un avantage de taille par rapport à son concurrent. Lequel ? Simple, il était livré avec toutes les copies de Windows vendues à travers le monde.

Il ne lui a donc fallu que quelques années pour s’imposer sur le secteur, atteignant pas moins de 95% de parts de marché durant ses plus belles années.

Ah ça, Microsoft en a bien profité mais tout a changé le jour où un outsider a fait son apparition. Un outsider symbolisé par un renard de feu. Pardon, un panda roux. Firefox a changé beaucoup de choses et il nous a littéralement détourné du navigateur web de Microsoft.

Rien d’étonnant à cela puisqu’il était à la fois rapide et personnalisable. Oui, et il respectait les standards, aussi.

Mais le plus beau, dans l’histoire, c’est qu’il n’appartenait pas à une société capitaliste. Non, loin de là même puisqu’il était soutenu par une équipe de bénévoles. Des gens comme vous, comme moi, comme ma boulangère. Il n’avait donc rien à voir avec le produit de base et il s’apparentait davantage comme une belle aventure humaine.

La suite de l’histoire, vous la connaissez forcément. Firefox a récupéré des parts de marché au fil des années, jusqu’à se faire voler la vedette par Chrome. Internet Explorer, lui, n’est jamais parvenu à revenir dans la course malgré les nombreux efforts de Microsoft.

La firme de Redmond a donc pris la décision qui s’imposait et elle a profité du lancement de Windows 10 pour revoir sa stratégie et pour concentrer ses efforts sur un nouveau produit désigné en interne comme le Project Spartan. Un produit qui se veut plus léger, plus souple, plus complet et plus respectueux des grands standards du web.

Internet Explorer va-t-il réellement disparaître ? Oui, du moins en temps que marque. Son noyau, lui, sera intégré au prochain système d’exploitation de l’éditeur pour éviter les instabilités et les incompatibilités avec certaines solutions logicielles professionnelles.

Ces informations sont connues de longue date, bien sûr, mais il restait tout de même quelques inconnues dans l’équation et nous ne savions ainsi pas si Microsoft avait réellement l’intention de travailler sur une nouvelle marque. Chris Capossela, directement marketing de la firme, a profité du Microsoft Convergence pour apporter une réponse claire et précise à cette épineuse question.

Oui, le Project Spartan va bien donner vie à une nouvelle marque à part entière.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire d’Internet Explorer, je vous renvoie vers la lecture de l’article associé sur la Wikipédia.