Fin de partie (temporaire) pour UberPop

Uber va jeter l’éponge. Acculé par les taxis et par une bonne partie du gouvernement, le géant américain a effectivement décidé de suspendre le service UberPop. Il ne sera plus possible de l’utiliser à partir de ce soir, 20 heures, et ce jusqu’à nouvel ordre. Cette décision ne concerne évidemment pas les autres services de la compagnie.

L’information vient tout droit de l’un des principaux intéressés, et plus précisément du PDG de Uber France. Thibaud Simphal a d’ailleurs précisé que cette suspension était temporaire.

UberPop

UberPop sera suspendu à partir de ce soir, 20 heures.

En réalité, et comme souvent, tout va dépendre des sages.

Le Conseil Constitutionnel est actuellement en train d’examiner en détails la loi Thévenoud, et plus précisément l’article consacré aux services de type UberPop. L’examen va se dérouler durant quelques mois encore et il devrait ainsi rendre sa décision finale en septembre.

UberPop : une suspension temporaire

Le sujet avait d’ailleurs été évoqué par Le Figaro le mois dernier.

UberPop est dans le collimateur des taxis depuis plusieurs mois mais l’affaire a pris une nouvelle tournure la semaine dernière avec le lancement d’un mouvement de protestation dans plusieurs grandes villes de France, dont la capitale.

Suite à ces manifestations, le gouvernement a décidé d’agir et deux dirigeants de la société ont été placés en garde à vue. Ils passeront devant le tribunal correctionnel à la fin du mois de septembre pour complicité d’exercice illégal de la profession de taxi et pratiques commerciales trompeuses.

Uber a donc pris la décision de suspendre le service pour calmer la situation.

D’après les chiffres donnés par Uber France, plus de 10 000 conducteurs seraient inscrits sur la plateforme. Plusieurs milliers seraient actifs toutes les semaines et 87% d’entre eux auraient une autre activité à côté. Cela veut aussi dire que 13% n’en ont pas.

La société souhaite d’ailleurs tendre la main vers ses collaborateurs. Elle est même en train de réfléchir à un moyen de les remettre sur la route.

On termine avec un extrait de l’interview donné par Thibaud Simphal au journal Le Monde :

Nous avons décidé de suspendre UberPop en France, dès 20 heures ce vendredi soir [3 juillet].

En premier lieu pour préserver la sécurité des chauffeurs Uber, ce qui a toujours été notre priorité. Ils ont été victimes d’actes de violence ces derniers jours.

La seconde raison est que nous souhaitons nous situer dans un esprit d’apaisement, de dialogue avec les pouvoirs publics et montrer que l’on prend nos responsabilités. Sur le fond, nous nous en remettons à la décision du Conseil constitutionnel attendue en septembre sur l’article de la loi Thévenoud [qui organise la concurrence des taxis] concernant UberPop.

Mots-clés uberuberpop