Final Fantasy XVI : une présentation sans images de synthèse pour s’éviter des commentaires pessimistes

À l’occasion du Tokyo Game Show 2020, le producteur de Final Fantasy XVI Naoki Yoshida a déclaré que le choix de diffuser une bande-annonce de présentation sans images de synthèse était délibéré. De ce fait, Square Enix pensait ainsi s’éviter des commentaires évoquant une sortie très tardive du jeu.

Certainement l’annonce phare de la dernière conférence PS5 en date, Final Fantasy XVI a ravi un public désireux de voir se matérialiser le prochain épisode canonique de la célèbre saga japonaise de RPG. Il a aussi déçu un certain nombre de joueurs, et lors d’une table ronde tenue lors de l’édition digitale du Tokyo Game Show 2020, le producteur Naoki Yoshida est revenu sur le rendu de ladite vidéo.

crédit YouTube

Une traduction de ses propos, réalisée par l’utilisatrice Twitter @aitaikimochi et rapportée par VG247, nous apprend qu’il était éventuellement prévu que Final Fantasy XVI soit dévoilé au travers d’une vidéo en images de synthèse. Le résultat récemment dévoilé nous a toutefois montré qu’il en a été tout autrement.

Les graphismes montrés de Final Fantasy XVI ne sont pas définitifs

Naoki Yoshida a confirmé qu’il avait été finalement décidé de concevoir la bande-annonce avec des images censées refléter le rendu du jeu en temps réel :

“J’ai vu des commentaires disant que si nous [sortions une bande-annonce en images de synthèse], ils ne verraient pas le jeu avant 2035. Nous avons donc décidé de sortir une bande-annonce réaliste.”

Le producteur a au passage assuré que les développeurs continuaient de travailler sur les graphismes du jeu et que ceux-ci arboreront donc une qualité rehaussée à la sortie de Final Fantasy XVI. On peut toutefois s’interroger sur le bien-fondé de la démarche, surtout quand on sait à quel point la première impression a énormément d’importance.

Dans une fin de génération où, plus encore que par le passé, la prochaine ne s’impose pas véritablement, les joueurs étaient en demande d’un ou de plusieurs titres à même de justifier le passage à des consoles supérieures. Mais en levant le rideau sur un Final Fantasy XVI transpirant le Final Fantasy XIV, avec une technique à la Final Fantasy XV et une esthétique MMORPG japonisante, Square Enix a clairement fait briller bien moins de yeux que ce que l’on pouvait espérer.