Finalement, la NASA ne pourra peut-être pas envoyer d’astronautes sur la Lune à l’horizon 2024

L’agence aérospatiale américaine a récemment entendu dans un rapport présenté par son inspecteur général qu’elle ne pourra probablement pas réaliser dans les temps l’objectif prévu dans le cadre du programme Artémis pour 2024. En cause, un défaut de budget pour la fenêtre 2021-2025 de la NASA.

Pour rappel, la NASA a prévu d’envoyer la première femme sur la Lune dans le cadre du programme Artémis. L’agence devra probablement voir ses ambitions repoussées sauf si elle pioche dur pour rattraper son retard, et que les sous tombent.

Crédits Pixabay

Pour espérer en finir avec les préparatifs à temps et tenir les délais prévus pour 2024, la NASA aura en effet principalement besoin d’un financement solide et régulier. Ce qui ne sera pas chose aisée vu les retards accumulés jusqu’à présent, sans parler des effets de la situation sanitaire actuelle avec le COVID-19.

Tout est question d’argent… et de volonté politique

Pour pouvoir lancer le programme Artémis à l’horizon 2024, la NASA aurait ainsi besoin de 28 milliards de dollars sur la fenêtre 2021-2025, sans quoi, elle devra reporter l’alunissage. Mais ce n’est pas le seul souci.

En effet, comme les financements manquent, pas mal d’autres activités devront aussi être repoussées, notamment la mise en place de Gateway, la station qui gravitera autour de la Lune pour accompagner la mission lunaire.

Pour espérer atteindre l’objectif fixé, un financement stable et continu, ainsi qu’un « leadership fort, consistant et soutenu de la part du Président, du Congrès et de la NASA » – selon ledit rapport – sont attendus. Du reste, à voir si le nouveau Président américain sera donc en faveur de cette initiative de l’agence spatiale.

La crise du COVID-19 a également mis son grain de sel

L’une des plus grandes difficultés à laquelle la NASA a dû faire face reste toutefois la pandémie actuelle. Une situation sanitaire qui a affecté tous les secteurs économiques et sociaux et qui n’a pas laissé l’agence américaine en reste.

Plusieurs maillons de la chaîne de fabrication des navettes, de plateformes de lancement, etc. ont ainsi dû être fermés, alors que la pandémie faisait rage sur le territoire américain.

Un contexte sanitaire qui met des bâtons dans les roues de la NASA, et qui ajoute une difficulté supplémentaire dans la réalisation du programme selon le calendrier initial. Ainsi, selon son inspecteur général, si la NASA veut atteindre son objectif avec le programme Artémis à l’horizon 2024, il lui faudra se travailler très dur.

Le temps nous dira si l’objectif sera finalement atteignable ou pas.

Mots-clés NASA Artemis