Finalement, les « dark mode » et « night shift mode » seraient pires pour notre sommeil

Alors qu’on nous a toujours fait croire que le dark mode et le night shift mode nous aident à nous endormir plus rapidement, il semblerait qu’ils ne soient pas si efficaces que ça. C’est du moins ce que suggère une nouvelle étude réalisée par une université britannique.

Dernièrement, le dark mode est devenu très tendance. Du côté d’Apple, les utilisateurs ont accès depuis longtemps à une fonction baptisée « Night Shift ». Rappelons au passage qu’iOS 13 inclut nativement un mode sombre que les possesseurs d’iPhone peuvent activer à l’échelle du système.

Un smartphone utilisé en pleine nuit

Crédits Pixabay

D’après ses initiateurs, ce mode d’affichage permettrait de mieux reposer les yeux (surtout la nuit) et améliorerait ainsi le sommeil. Une équipe de chercheurs auprès de l’Université de Manchester viennent néanmoins d’émettre des réserves quant à son efficacité.

Si l’on en croit ces derniers, le mode sombre qui est largement populaire auprès des utilisateurs iOS et Android n’est pas aussi utile qu’on le pense.

Il présenterait même des risques pour la santé !

Un effet inverse

Dans leur rapport, les chercheurs soulignent selon 9to5mac que les fonctionnalités comme Night Shift sont susceptibles de provoquer un effet différent de ce qu’elles sont censées produire. Contrairement à ce que les constructeurs nous font croire, la réduction de la lumière bleue entraînée par l’usage du mode d’affichage sombre, laquelle est censée aider le corps à se préparer au sommeil, perturberait en réalité l’horloge biologique.

L’étude indique que ce système naturel est davantage sensible au niveau de luminosité qu’aux couleurs. Lorsque la lumière est faible, le bleu serait plus relaxant que le jaune. L’expérience a certes été menée sur des souris, mais d’après le Dr Tim Brown, il y a de fortes chances que le même principe s’applique à l’être humain.

Moins efficace que la lumière jaune ?

D’ailleurs, il semblerait que la lumière bleue soit moins influente sur l’horloge biologique que la lumière jaune. Les experts ont utilisé un éclairage spécialement conçu pour ajuster la couleur sans changer la luminosité au cours de l’étude, ce qui leur a permis de déboucher sur ce constat.

En tout cas, il est recommandé d’interpréter ce genre d’études avec précaution, d’autant que les effets des lumières bleue et jaune peuvent varier d’une personne à l’autre.