Firefox deviendra plus puissant en 2017

Mozilla a soif de puissance en ce moment. Firefox va en effet bientôt passer sur une toute nouvelle architecture, Electrolysis, mais la fondation n’a pas l’intention d’en rester là et elle travaille ainsi sur une autre version encore plus performante, une version basée cette fois sur l’architecture Quantum. Il ne sera d’ailleurs pas nécessaire d’attendre plusieurs années avant d’en profiter puisqu’elle sera déployée à partir de l’année prochaine.

L’architecture de Firefox a beaucoup évolué au fil des versions, mais il a toujours eu la fâcheuse habitude à regrouper tous les onglets ouverts dans le navigateur au sein d’un seul et même processus.

Firefox Quantum

Quantum est l’avenir de Firefox.

Electrolysis s’appuie sur une logique de fonctionnement différente pour sa part. Cette architecture divisera effectivement le processus du navigateur en plusieurs sous-processus prenant en charge un ou plusieurs pages web.

Eletrolysis n’est que le début

Grâce à elle, Firefox devrait gagner en performances.

Quantum ira encore plus loin. Il viendra ainsi remplacer le moteur de rendu Gecko par un nouveau moteur capable de faire tourner les modules de l’application en parallèle en s’appuyant sur les différents cœurs du processeur ou sur la puce graphique de nos ordinateurs. Grâce à ce système, le navigateur de Mozilla devrait offrir de meilleures performances et se montrer bien plus réactif.

C’est d’ailleurs ce qu’explique David Bryant, responsable Plateform Engineering chez Mozilla, sur le blog de la fondation : “Les navigateurs sont apparus d’abord à l’ère des ordinateurs de bureau. Ces premiers ordinateurs avaient seulement un processeur constitué d’un seul cœur qui ne pouvait traiter les commandes que dans un seul flux. (…) Même aujourd’hui, dans la plupart des navigateurs, une page web individuelle fonctionne principalement sur un seul fil d’exécution”.

Il ajoute ensuite : “Mais aujourd’hui, nous parcourons le web sur des téléphones, des tablettes et des ordinateurs portables qui sont beaucoup plus sophistiqués et qui ont souvent deux, quatre ou même plus de cœurs. De plus, il est maintenant courant pour les appareils d’intégrer un ou plusieurs GPU hautes performances qui peuvent accélérer le rendu et d’autres types de calcul”.

Quantum, l’avenir de Firefox

L’idée est donc simple, Mozilla souhaite dépoussiérer son navigateur afin qu’il puisse tirer pleinement parti des possibilités offertes par les ordinateurs de notre époque.

Plus concrètement, pour développer Quantum, la fondation compte s’appuyer sur Servo, un projet expérimental reposant sur la programmation parallèle. Le module CSS de Gecko sera ainsi remplacé par le module CSS de ce projet et il en ira de même pour le moteur de rendu graphique.

Le module axé sur la gestion des pages sera développé pour sa part par les ingénieurs de la fondation. Baptisé Quantum DOM, il répartira les pages dans différents fils d’exécution de processus afin d’optimiser leur affichage.

Mozilla compte affiche de solides ambitions et il envisage ainsi de mettre en place cette nouvelle architecture dès l’année prochaine pour les versions Windows, macOS, Linux et Android de Firefox.

Mots-clés firefoxmozilla