Fitbit est de nouveau poursuivi en justice pour violation de brevet

Deux ans seulement après une féroce bataille judiciaire contre Jawbone, l’histoire pourrait encore se répéter pour Fitbit. Le numéro un des bracelets connectés sportifs est à nouveau accusé de violation de brevet, mais cette fois-ci par Immersion, une société spécialisée dans la technologie haptique. Selon cette dernière, les vibrations utilisées par les produits Fitbit seraient issues d’un système développé par les ingénieurs d’Immersion et non par ceux du géant des objets connectés.

Immersion a affirmé qu’elle a plusieurs fois essayé de conclure des accords de licence avec Fitbit, mais que ce dernier avait rejeté toute tentative de négociation à l’amiable. De son côté, l’accusé est bien décidé à prouver le contraire, mais aussi à démontrer que la technologie utilisée dans le développement de ses produits est bien originale et brevetée.

Fitbit

Il en va de l’avenir de la société, mais surtout de son intégrité et ses finances.

Tous les produits Fitbit sont concernés

Immersion a affirmé qu’attaquer Fitbit en justice était le dernier recours qu’elle a trouvé face au refus de négocier du leader des bracelets connectés. Ce dernier devra d’ores et déjà se préparer pour une nouvelle guerre sans merci, car si la justice donne raison au parti adverse, la société pourrait bien mettre la clé à la porte.

Rappelons en effet que presque tous les objets connectés développés et commercialisés par Fitbit intègrent un système haptique.

Donc si Immersion parvient à prouver que cette technologie lui appartient, Fitbit devra arrêter de produire et commercialiser la presque totalité de ses gadgets et accessoires.

À cela s’ajouterait l’obligation de verser des dommages et intérêts au camp adverse, ce qui serait un véritable coup dur pour les finances et la section R&D de la société, mais également pour sa réputation.

Une affaire similaire en 2015

En 2015, Fitbit s’était déjà retrouvé au cœur d’une affaire similaire. La bataille judiciaire l’avait alors opposé à Jawbone, son principal rival dans le développement et la vente de bracelets et montres connectés.

Ce dernier avait accusé son concurrent de violation de brevet, mais aussi de débaucher ses employés et les encourager à rapporter des données concernant un de ses nouveaux produits.

Évidemment, Fitbit avait fermement démenti ses accusations. Aujourd’hui, l’histoire est de nouveau sur le point de se répéter et certains pourraient finir par se poser des questions sur l’intégrité de l’entreprise. Cette dernière a donc intérêt à laver son honneur et prouver son honnêteté.

Mots-clés fitbitjustice