Flock tire sa révérence

A sa sortie, Flock avait pas mal fait parler de lui. Un phénomène qui s’explique sans doute par le fait que ce dernier était le tout premier navigateur web à embarquer nativement des services web 2.0 tels que Delicious, Twitter ou encore Facebook pour ne citer qu’eux. Une idée d’ailleurs pas idiote du tout puisque nous sommes nombreux à avoir des onglets de ce type ouverts en permanence dans nos propres navigateurs. Malheureusement, l’originalité du produit n’aura pas suffit et l’équipe en charge de Flock vient tout juste de sonner le glas de son logiciel phare.

La date est d’ailleurs arrêtée, le support de Flock cessera en effet le 26 avril prochain. La nouvelle étonne un peu puisque l’équipe en charge du navigateur social a rejoint Zynga en janvier dernier et on aurait pu penser que ce rapprochement allait insuffler une toute nouvelle dynamique au projet. Mais apparemment, le soufflé est très vite retombé. Si les développeurs de Flock continueront à travailler pour Zynga, le produit en lui-même appartient désormais au passé.

Point amusant, sur le site officiel du navigateur web, en dehors du message prévenant les utilisateurs de la triste nouvelle, on trouve deux liens pointant respectivement vers Google Chrome et Firefox. Pour ce dernier, ce n’est pas forcément très surprenant, on rappellera en effet que Flock a été construit en grande partie sur les sources de Mozilla, mais ça fait quand même bizarre. D’un certain sens, même si ce navigateur ne s’est jamais imposé sur mes bécanes, c’est un peu comme si une page venait de se tourner.

En ce qui me concerne, cette nouvelle ne m’a pas forcément surpris plus que ça. L’idée de base n’était pas idiote, c’est vrai, mais Flock souffrait tout-de-même d’une interface plutôt chargée et assez lourdingue. Notez bien que c’est totalement subjectif de ma part, mais de mon point de vue un bon navigateur est un navigateur qui laisse la place à l’essentiel, à savoir les pages web des sites que je fréquente. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai glissé au fil des années vers Google Chrome.

Quoi qu’il en soit, si la fin de Flock vous affecte plus que moi, et si vous n’imaginez pas vivre sans un navigateur de ce type, alors vous pouvez toujours aller lorgner du côté de Rockmelt. Là encore, l’interface n’est pas forcément idéal mais il peut tout-de-même vous séduire. Et sinon, un bon Chrome ou un bon Firefox avec quelques extensions bien choisies, c’est aussi bien. En optant pour cette alternative, vous installerez exactement ce dont vous avez besoin.

Mots-clés flocknavigateurweb