Forêt de Bialowieza : la Pologne et la Commission européenne devant la CJUE

En Pologne, l’affaire concernant la forêt de Bialowieza continue à faire des vagues. Le litige qui oppose le pays à la Commission européenne depuis plusieurs mois est monté devant la cour de justice de l’Union européenne (CJUE). L’audience a eu lieu le lundi 11 septembre. Jan Szyszko, le ministre polonais de l’Environnement, s’est personnellement déplacé pour comparaître et défendre les actions de son pays devant la cour.

Le ministre affirme que les coupes sont d’ordre « sanitaire », car elles ont pour but de protéger la forêt contre la prolifération du scolyte de l’épicéa, un insecte xylophage extrêmement ravageur. Pour les défenseurs de l’environnement, il ne s’agirait cependant que d’un prétexte pour exploiter le bois centenaire qui s’y trouve.

Forêt

La forêt de Bialowieza est une des plus vieilles forêts naturelles et mieux conservées d’Europe. C’est une zone Natura 2000, classée patrimoine mondial de l’UNESCO.

Une affaire qui remonte à 2016

C’est un véritable bras de fer qui oppose la Pologne et la Commission européenne depuis un an. Tout a commencé en mars 2016 quand Jan Szyszko a donné l’autorisation d’abattre plusieurs arbres de la forêt de Bialowieza, dans le but de stopper un insecte dévoreur de bois qui se serait propagé parmi les épicéas. En mi-juillet, la Commission européenne avait sommé le pays d’arrêter cette « exploitation forestière de grande échelle. »

Une sommation à laquelle le gouvernement avait décidé de ne pas tenir compte, car les coupes se sont poursuivies. Après plusieurs injonctions ignorées, la Commission n’a pas eu d’autre choix que de présenter l’affaire devant la CJUE. Il faudra encore attendre le mois d’octobre avant de connaitre la décision finale de la cour dans cette affaire.

La Pologne refuse d’obtempérer

Depuis la médiatisation de l’affaire, de nombreux organismes et défenseurs de la nature se sont mobilisés en Pologne, plus précisément à Bialowieza. Ils sont des milliers à sillonner la forêt et tenter de saboter la progression des camions chargés d’abattre et transporter les arbres. Apparemment seule contre tous, la Pologne refuse cependant de flancher. Jan Szyszko a même affirmé « ne pas avoir peur » d’une possible sanction de la part de la CJUE.

Il est allé jusqu’à demander à ce que la forêt de Bialowieza ne soit plus classée parmi les patrimoines naturels de l’UNESCO.

Pour certains, ce refus d’obtempérer de la part du gouvernement polonais est surtout une question d’honneur. « Le véritable enjeu est une question idéologique et de pouvoir. » explique Sébastien Carbonnelle, guide nature de l’association belge Forêt et naturalité, « La Pologne veut garder le contrôle sur les forêts et les zones naturelles en général. »

La preuve, les partisans du gouvernement brandissent des pancartes avec des slogans du genre : « Laissez-nous décider, nous ne sommes pas votre colonie. »

Mots-clés écologiejustice