On a trouvé des formes de vies étranges sous l’Antarctique

L’Antarctique n’a visiblement pas encore révélé tous ses secrets. En forant sous la glace, la British Antarctic Survey a pu identifier des formes de vie évoluant dans cet environnement extrêmement hostile.

Le continent blanc est le continent le plus méridional de la planète. Il se situe autour du pôle sud et il s’étend sur pas moins de 14 millions de kilomètres carrés, soit une superficie plus importante que celle du continent européen.

Crédits pixabay

Pour autant, il est aussi bien moins peuplé. L’Antarctique ne possède en effet pas de population permanente et les seules personnes à fouler son sol sont donc les scientifiques vivant dans les bases installées par les états.

L’Antarctique, une terre inhospitalière

La faune n’est pas plus développée. En dehors des orques, des dauphins ou même des cachalots qui passent parfois à proximité de ses côtes, le continent blanc abrite surtout des oiseaux, comme des sternes, des pétrels ou encore des manchots.

Une terre assez hostile, donc, et c’est encore pire pour ce qui se trouve en dessous du continent.

Au fil des études de ces dernières décennies, nous avons en effet pu déterminer que les eaux situées sous l’Antarctique étaient parmi les plus inhospitalières de notre planète. Il y fait froid et sombre. Tout semble donc s’opposer à la vie. Du moins, c’est ce que nous pensions.

Intrigué par cet environnement, le biogéographe Huw Griffiths de la British Antarctif Survey s’est en effet rendu sur place afin d’effectuer des analyses de l’eau située sous le continent blanc. Et c’est avec la plus grande des surprises que les chercheurs ont pu constater la présence de nombreuses formes de vie.

A lire aussi : Infomaniak lance une alternative à Gmail et Hotmail

Des formes de vie étranges

Le forage, effectué sous la plateforme Filchner et donc sous 890 mètres de glace et à une profondeur de 1133 mètres, a en effet révélé l’existence d’une éponge accrochée à une tige, de quinze éponges dépourvues de tige et de pas moins de 22 organismes pédonculés accrochés à la roche. Une découverte surprenante et qui amène de nombreuses questions.

Comme l’explique le Dr Griffiths, les chercheurs ne savent en effet pas comment ils ont pu apparaître à cet endroit, ni même comment ils font pour se nourrir. Compte tenu de l’endroit où ils se trouvent, ils restent en effet plongés dans la nuit et dans le froid toute l’année. Plus intrigant, en temps normal, les éponges sont plutôt carnivores, mais celles qui vivent à cet endroit n’ont accès à aucune nourriture.

A lire aussi : L’Antarctique n’échappe pas à la Covid-19

Beaucoup de questions, donc, et peu de réponses. Pour pouvoir faire toute la lumière sur ces organismes, il faudrait en effet pouvoir les prélever pour les étudier en laboratoire. Ce qui semble compliqué compte tenu de l’endroit où ils vivent.

L’étude complète peut être consultée à cette adresse.

Mots-clés antarctiquebiologie