FRB131104, le sursaut radio venu de l’espace

En analysant une FRB venue de l’espace, des astronomes américains ont découvert une contrepartie en rayons gamma. Il s’agit d’une grande première et cette découverte devrait nous aider à mieux comprendre ces phénomènes.

Les sursauts radio rapides ont été découverts en 2007, grâce au travail mené par un chercheur du nom de D. R. Lorimer. En analysant les données d’un relevé astronomique de 1,4 GHz provenant de la région du Petit Nuage de Magellan et fourni par l’Observatoire de Parkes en Australie, ce dernier a repéré un sursaut radio de forte intensité d’une durée de moins de 5 millisecondes.

FRB

Il y a encore beaucoup de choses que nous ignorons au sujet de l’Univers.

Fasciné par la découverte, il a immédiatement cherché d’autres phénomènes de ce type, en pure perte.

Le premier FRB a été détecté en 2007

Environ 16 sursauts similaires ont été découverts trois ans plus tard, tous d’origine terrestre. Il a donc fallu attendre novembre 2012 pour que des astronomes parviennent à isoler un nouveau signal du même type, cette fois en s’appuyant sur le radiotélescope de l’Observatoire d’Arecibo de Porto Rico.

Cette découverte avait fait sensation à l’époque et cela n’a rien de surprenant, car de nombreux scientifiques avaient fini par penser que le sursaut radio repéré par Lorimer était dû à un dysfonctionnement touchant l’antenne de l’Observatoire de Parkes.

L’équipe basée à Porto Rico a donc intensifié ses recherches et elle a fini par se rendre compte que ces phénomènes cosmiques se produisaient très régulièrement.

Personne n’a été en mesure d’expliquer l’origine de ces phénomènes à l’époque et de nombreuses théories ont très vite commencé à fleurir. Si certains chercheurs n’ont pas pu s’empêcher de dresser un parallèle entre ces sursauts et d’éventuels signaux extraterrestres, d’autres ont fini par penser que ces phénomènes étaient provoqués par l’évaporation de trous noirs ou même par des pulsars.

Au fil des années, d’autres théories ont fini par apparaître et de nombreux scientifiques pensent ainsi que ces phénomènes sont causés par des magnétars (soit des étoiles à neutrons très magnétisées) soit par un processus de fusion entre deux étoiles à neutrons.

Personne n’a encore pu expliquer l’origine de ces phénomènes

En utilisant les données récoltées par Swift, un télescope spatial appartenant à la NASA, des astronomes américains travaillant pour l’Université d’État de Pennsylvanie ont repéré un nouveau sursaut radio rapide, FRB 131104.

Ils l’ont immédiatement commencé à rechercher des contreparties dans d’autres longueurs d’onde et ils ont fini par en trouver une dans les rayons gamma. Après avoir poussé plus loin leurs investigations, ils ont réalisé que cette contrepartie était à la fois longue et brillante. Elle a effectivement duré entre deux et six minutes alors que le sursaut n’avait pas excédé une milliseconde.

Qu’est ce que cela veut dire ? Tout simplement que ces phénomènes nécessitent bien plus d’énergie que prévu.

Il faut tout de même signaler que de nombreux astrophysiciens pensaient que ces sursauts s’accompagnaient de rayons gamma, mais ils n’avaient pas été en mesure de le prouver avant. Cette découverte devrait donc leur permettre de mieux comprendre ces phénomènes et peut-être même de déterminer leur nature et leur origine.

Si vous souhaitez approfondir, l’étude complète se trouve à cette adresse.

Mots-clés espaceinsolite