Free et Bouygues Telecom s’unissent contre l’ARCEP

Free et Bouygues Telecom sont en concurrence directe depuis plusieurs années maintenant et ils s’écharpent régulièrement sur le secteur de la téléphonie mobile, bien sûr, mais également sur celui des connexions internet. Ils ont cependant décidé d’unir leurs efforts contre l’ARCEP pour empêcher le gendarme des télécoms d’augmenter les tarifs de location des lignes ADSL.

Olivier Roussat et Maxime Lombardini ont adressé à la fin du mois d’octobre une lettre au président de l’ARCEP. En faisant jouer ses relations, L’Express est parvenu à mettre la main sur la missive et le quotidien a décidé d’en révéler le contenu au plus grand nombre par le biais de son site internet.

Fibre Free Bouygues

Free et Bouygues Telecom se sont lancés dans un nouveau bras de fer contre l’ARCEP.

Dans ce courrier, les deux hommes expriment leurs inquiétudes au sujet de la hausse du prix de la location du réseau téléphonique.

L’ARCEP veut augmenter le prix de location des lignes ADSL

Certains d’entre vous le savent sans doute mais toutes les lignes de type cuivre appartiennent à Orange. Les autres opérateurs doivent ainsi lui verser une somme pour pouvoir les utiliser. Il n’a cependant pas la main sur les tarifs et ils sont ainsi déterminés par l’ARCEP.

A l’heure actuelle, Free, Bouygues Telecom et les autres doivent verser à Orange 9,05 € par mois et par abonné. L’autorité de régulation des communications électroniques et des postes va procéder à une réévaluation et elle souhaite les passer à 9,45 € avant 2017, soit une hausse de 40 centimes.

Cela représente évidemment peu de chose à notre échelle mais les deux opérateurs comptent plusieurs millions d’abonnés et cette hausse représente par conséquent des dizaines de milliers d’euros à verser… chaque année.

Pour Free et Bouygues Telecom, cette augmentation n’est pas légitime

Olivier Roussat et Maxime Lombardini estime que cette augmentation n’est pas légitime ni pertinente. Pire, d’après eux, elle pourrait même avoir un impact sur les capacités d’investissement des deux sociétés, et engendrer ainsi un déséquilibre dont Orange pourrait tirer avantage.

Ils ajoutent en outre que l’opérateur historique n’a plus besoin d’investir dans ces lignes et qu’il se contente désormais de les entretenir. L’investissement de départ est donc amorti depuis longtemps et ils ne voient évidemment pas pourquoi ils devraient lui donner plus d’argent.

Ils demandent donc à l’ARCEP de revenir sur sa décision, tout en laissant entendre que cette décision pourrait avoir un impact considérable sur le développement de la fibre. En d’autres termes, ils sont prêts à tout pour faire pression sur l’autorité.

Bref, vous l’aurez compris, Free et Bouygues Telecom se sont lancés dans un véritable bras de fer, dont l’issue est pour le moins incertaine.

Crédits Photo