Free Mobile épinglé par les Assises du Très Haut Débit

Free ne va sans doute pas apprécier, mais les Assises du Très Haut Débit ont profité de la remise de leur dernière distinction pour épingler les piètres performances de Free Mobile.

Les Assises du Très Haut Débit remettent chaque année le prix de l’opérateur mobile de l’année en se basant à la fois sur la qualité de service offerte aux abonnés et sur l’expérience client. La dernière édition a eu lieu hier en soirée dans le huitième arrondissement de Paris.

Vente Privée Free Mobile

Afin de comparer les performances des opérateurs présents sur le marché français, les ordinateurs du concours ont tout simplement demandé à la société QoSi – l’éditrice de la solution de 4G Mark – de procéder à des tests poussés dans différentes régions du territoire.

Free Mobile, toujours bon dernier selon les Assises du Très Haut Débit

Plusieurs critères ont été pris en compte afin de refléter les usages des abonnés et l’entreprise ne s’est ainsi pas limitée aux débits moyens constatés. Elle a également procédé à des tests de terrain en se focalisant sur la navigation web, le streaming, les communications vocales, l’envoi de SMS ou encore les accès depuis le réseau ferroviaire.

Orange a fini en tête. L’opérateur historique a en effet pulvérisé ses rivaux en obtenant 24,7 Mbps en débit descendant et 8,2 Mbps en débits montants. Plus intéressant, il a également décroché la palme en navigation web, en streaming, en communications vocales et sur les accès depuis le train.

SFR lui a en revanche volé la vedette sur les envois de SMS. L’opérateur au carré rouge fait d’ailleurs presque jeu égal avec Bouygues Telecom tout en offrant des débits légèrement supérieurs, des débits atteignant les 22,1 Mbps en download et les 7,4 Mbps en upload, contre 21,1 Mbps et 6,8 Mbps pour le second.

La navigation web et le streaming vidéo, ce n’est pas vraiment ça

Free Mobile arrive pour sa part bon dernier avec un débit descendant de 14,2 Mbps et un débit ascendant de 5,2 Mbps. Le vrai problème se trouve cependant du côté du web et du streaming puisque la proportion de pages affichées en moins de dix secondes par le trublion des télécoms tombe à très exactement 57 %, contre un score de 69 % pour le streaming vidéo.

Même chose du côté des accès depuis le réseau ferroviaire. Cette fois, le score de l’opérateur tombe à 16 %, contre 60 et 61 % pour SFR et Bouygues.

Il faut cependant signaler que ces chiffres constituent une moyenne calculée à partir de données en provenance de tout le territoire. Free Mobile dispose en outre d’une couverture réseau moins importante que ses concurrents, ce qui peut aussi expliquer ces mauvais chiffres puisque les débits sont bridés lorsque les abonnés passent par le réseau Orange.

L’étude complète peut être consultée à cette adresse.

Mots-clés freefree mobile