FrenchLeaks, le Wikileaks de Mediapart

A sa sortie, Wikileaks a fait l’effet d’une véritable bombe sur le web. On ne compte plus le nombre de réactions et de polémiques qui ont ainsi enflé à travers le monde. Mais à côté de cet effet, le célèbre site a également ouvert une nouvelle voie et suscité un certain nombre de vocations. Preuve en est, pour fêter son troisième anniversaire, Mediapart a décidé de tenter l’aventure et de publier, à son tour, des documents sensibles. Même que ce projet porte un nom, FrenchLeaks, et que ses portes viennent tout juste de s’ouvrir.

Et ça risque là encore de faire pas mal de bruits. Notons cependant que la démarche des journalistes de Mediapart n’a pas grand chose à voir avec Wikileaks. En réalité, ce que l’on trouve sur FrenchLeaks, ce sont tous les documents qui ont fait l’objet d’une investigations par les journalistes de Mediapart. Mais attention car le site va un peu plus loin en permettant à n’importe quel internaute de soumettre à leur tour  des documents. Néanmoins, avant d’être publiés, ces derniers feront l’objet d’une enquête et seront analysés en profondeur afin de garantir leur intégrité. Logique.

Actuellement, ce ne sont pas moins de huit dossiers que l’on peut trouver sur FrenchLeaks. Des dossiers divers, variés et portant aussi bien sur l’affaire Bettencourt que sur l’affaire Karachi, sans oublier la crise financière des Caisses d’épargne ou encore la face cachée de l’empire Bolloré. Il suffit ensuite de cliquer sur le dossier de son choix pour visualiser la liste des documents qu’il contient. Ces derniers peuvent être de différentes natures, dans le cas de l’affaire Bettencourt on pourra ainsi retrouver et écouter les enregistrements sonores de Patrice de Maistre. Vraiment très impressionnant.

En revanche, ce qu’il faut préciser, c’est que les analyses des journalistes de Mediapart ne sont pas accessibles sur FrenchLeaks. Ce qui est plutôt cohérent puisque les articles publiés par le journal sont tous payants et qu’il est nécessaire de s’acquitter d’un abonnement pour avoir accès à leur contenu. Cela étant dit, le bon côté de la chose, c’est que cette démarche vous permettra de vous faire votre propre idée sur les différents dossiers évoqués.

Il reste bien évidemment la question de l’anonymat. Les journalistes de Mediapart ont annoncé qu’ils feraient tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger leurs sources et l’identité des personnes qui communiqueront des documents sur FrenchLeaks. En revanche, aucun système informatique n’est fiable à 100 % et si vous souhaitez participer à cette aventure, il est préférable de bien dissimuler vos traces et d’envoyer ainsi vos documents depuis un cybercafé. Et de préférence dans une autre ville que la votre, d’ailleurs.