Les frontières de la Belgique redessinées à cause d’une pierre bougée par un agriculteur

Vous ne vous êtes aperçus de rien, mais les frontières de la Belgique ont récemment bougé. Pire encore, nos camarades belges ont même empiété pendant un moment sur la France. Et tout ça à cause d’une simple pierre bougée par un agriculteur.

Pour comprendre la portée de l’affaire, il faut remonter de quelques siècles en arrière, et plus précisément en 1820.

Une femme se tenant le visage dans les mains
Photo de Anthony Tran – Unsplash

C’est en effet à cette date qu’une pierre de 136 kg a été placée afin de séparer le village frontalier belge d’Erquelinnes et la commune de Bousignies-sur-Roc située dans le nord de la France. Une pierre qui occupait donc une place centrale depuis plus de 200 ans et qui avait fait même l’objet d’un traité, à savoir le traité de Courtrai.

Une pierre pour marquer la frontière entre la Belgique et la France

Dans les faits, cependant, la frontière est impossible à discerner. Depuis le milieu des années 90, la France et la Belgique font partie de la zone Schengen et leurs habitants peuvent donc évoluer librement dans l’un ou l’autre sans avoir besoin de passer de contrôle.

Ce qui nous amène à l’histoire de cet agriculteur, un agriculteur qui a sans le vouloir redessiné les frontières des deux pays.

Alors qu’il déambulait dans la région sur son tracteur, notre agriculteur a en effet eu la mauvaise surprise de heurter une pierre. Le véhicule étant bloqué, il est donc descendu et il a entrepris de la bouger pour le débloquer. Ce qu’il ne savait pas, c’est que cette pierre n’était pas là pour décorer.

A lire aussi : L’étrange histoire de Channel 37

Une bévue que l’agriculteur va devoir réparer

Elle marquait en effet la frontière entre nos deux communes. En la bougeant, il a donc agrandi le territoire de la Belgique… et réduit par la même occasion celui de la France.

L’histoire aurait pu s’arrêter là et le déplacement de cette pierre passer inaperçu, mais cela n’a pas été le cas. Un passionné d’histoire locale a en effet réalisé que la fameuse pierre déplacée par l’agriculteur ne se trouvait pas où elle était censée se trouver en se promenant dans la région.

Il en a immédiatement référé au maire d’Erquelinnes, David Lavaux, qui a bien entendu transmis l’information à son homologue français.

De leur côté, les autorités belges ont ouvert une enquête et elles ont entrepris de retrouver l’agriculteur, pour lui demander de remettre la pierre à l’endroit où elle est censée se trouver. S’il ne le fait pas, alors il s’exposera à une lourde amende. La police belge a cependant précisé qu’elle était prête à passer l’éponge s’il fait preuve de bonne volonté et s’il répare son impair sans faire d’histoire.