Fujifilm X-T1 : la présentation aura lieu le 28 janvier

Fujifilm est une marque très appréciée des photographes et on lui doit un certain nombre d’hybrides salués par la critique. Je pense notamment à l’incontournable X-Pro1 ou même au fameux X-E2. Un nouveau boitier devrait bientôt faire son apparition au catalogue du constructeur : le Fujifilm X-T1. Et cette fois, il sera question d’un hybride tropicalisé, résistant à l’humidité, à l’oxydation et aux moisissures. Et justement, si l’on en croit Fuji Rumors, alors la firme pourrait présenter son nouvel appareil dès le 28 janvier prochain, soit dans deux semaines.

D’après les dernières rumeurs en date, le Fujifilm X-T1 devrait pas mal s’inspirer des vieux argentiques de la firme, et notamment des Fujica ST avec des lignes finalement très proches de ce que propose désormais Olympus. Cette mode du rétro commence peut-être à vous lasser, mais il faut avouer qu’elle a donné vie à de jolis appareils. Je pense notamment au Nikon DF, mais également à l’OM-D E-M5 pour ne citer que ces deux modèles.

Fujifilm X-T1 janvier 2014

Le Fujifilm X-T1 devrait être présenté le 28 janvier prochain.

Sous le capot, nous devrions avoir droit à un capteur APS-C X-Trans II offrant une définition de 16 millions de pixels, à un autofocus plus rapide et plus réactif que celui de l’E-X2, mais aussi à un viseur électronique plus confortable et à un double logement pour cartes SD. Côté prix, en revanche, l’appareil pourrait atteindre et même dépasser les 1000€.

Bien, mais ce n’est pas fini car Fujifilm aurait également l’intention de présenter plusieurs accessoires dont un grip optionnel capable d’accueillir une batterie supplémentaire, et une série de cinq nouveaux cailloux dont un téléobjectif, une optique grand angle, un XP 16-55mm f/2.8, un XP 50-140mm f/2.8 et un XF 18-135mm f/3.5-5.6. Espérons juste que ces objectifs soient eux aussi tropicalisés. Parce que bon, un boitier capable de résister aux intempéries, c’est bien, mais si l’optique ne propose pas la même chose alors cela ne sert pas à grand chose.

Crédits PhotoLewis Collard