Fujitsu : une tablette sensationnelle et un gant intelligent en prime

Si le Mobile World Congress est l’occasion pour les constructeurs de présenter leurs nouveaux terminaux, ou leurs nouveaux objets connectés, le salon fait également la part belle aux prototypes et à des appareils plus insolites. Fujitsu, pour sa part, a frappé fort en présentant deux dispositifs étonnants : une tablette dotée d’un écran haptique et un gant intelligent capable de service d’interface entre l’homme et la machine. Bizarre ? Un peu, c’est vrai, mais ces appareils ne manquent pas de charme pour autant.

Prototypes oblige, ces appareils ne seront évidemment pas commercialisés demain, ni même la semaine prochaine, ni même le mois prochain. En réalité, il faudra sans doute attendre de longs mois, et peut-être même quelques années, avant que ces technologies ne trouvent des applications concrètes. Elles n’en restent pas moins intéressantes à plus d’un titre puisqu’elles pourraient modifier, à terme, la manière dont nous interagissons avec nos smartphones ou nos ardoises numériques.

Gant connecté Fujitsu

L’écran haptique, pour commencer par lui, repose sur un système d’ultra-sons plutôt ingénieux, et bien ficelé. En gros, la tablette va être capable de produire un coussin d’air entre le doigt de l’utilisateur et l’écran de la tablette. En modifiant l’intensité de ces ultra-sons, Fujitsu va être capable de changer à la volée la masse de ce coussin d’air, et la sensation qu’il procure. L’idée, c’est donc d’intervenir directement sur le touché, et sur la manière dont nous percevrons les éléments affichés à l’écran. Les applications sont nombreuses, bien sûr.

Le gant connecté, lui, est tout aussi atypique. Il vient se positionner sur l’index de l’utilisateur, fermement maintenu à l’aide d’une bague en plastique intégrant une lentille capable de lire des tags NFC, avec un détecteur en prime. La partie fixée autour du poignet renferme quant à elle un accéléromètre et un gyroscope. En s’appuyant sur ces différents capteurs, le gants est capable d’interpréter les gestes de notre main, et il nous permettrait ainsi d’interagir avec un terminal nomade ou même avec ordinateur sans avoir besoin de poser la main dessus.

Mots-clés fujitsumwcmwc 2014