Fusillade à Las Vegas, Facebook et Google s’excusent

Stephen Paddock a tiré sur les 22 000 personnes qui assistaient au Festival Route 91 Harvest à Las Vegas dimanche dernier. Bilan de cette fusillade : 58 morts et plus de 500 blessés. Suite à cette tragédie, Facebook et Google ont été utilisés pour relayer de fausses informations publiées par les éléments de l’extrême droite américaine.

Google a en effet brièvement affiché en bonne place dans les résultats de ses recherches une publication venant de 4chan, une publication désignant le membre d’un parti anti-Trump comme l’auteur de la fusillade.

facebook-wifi

Facebook a également vu déferler un nombre considérable de fausses informations propageant les mêmes rumeurs.

Google et Facebook font leur mea culpa

Conscients de leur erreur, les deux géants du web ont présenté leurs excuses via un communiqué dès le lundi 2 octobre 2017.

Le lendemain de la fusillade, Google a donc publié le communiqué suivant : « Malheureusement, tôt ce matin, nous avons brièvement affiché une publication de 4chan inexacte dans nos résultats de recherche pour un nombre réduit de requêtes, celles portant sur le nom de Geary Danley.

En quelques heures, cette page de 4chan a été remplacée, grâce à nos algorithmes, par des résultats pertinents. Cela naurait pas dû arriver et nous continuerons à améliorer nos algorithmes pour éviter que ça ne se reproduise. »

De son côté, Facebook en a fait de même déclarant que son équipe avait « repéré la publication dès le matin et la supprimée. Toutefois, sa suppression a été retardée de quelques minutes, ce qui a permis den faire des captures d’écran qui ont circulé.” Une fois encore, l’entreprise a promis de travailler sur la résolution du problème afin d’éviter qu’un tel accident ne se reproduise.

Google au centre des questions

Google a été vertement critiqué suite à cette affaire. De nombreuses voix se sont effectivement fait entendre et beaucoup d’internautes ont demandé à ce que le moteur de recherche soit plus vigilant au niveau de ses résultats.

Il faut d’ailleurs rappeler que le service avait suscité une polémique similaire à la fin de l’année dernière après avoir affiché plusieurs sites néonazis dans ses résultats.

Suite à ces nombreux incidents, Facebook et Google risquent de mettre en place de nouveaux outils dans les semaines et mois à venir.

Facebook a d’ailleurs commencé en déployant un bouton d’information situé près de certains liens, des boutons permettant aux internautes d’accéder à des informations contextuelles piochées chez plusieurs sites considérés comme sûrs.