Future of the Fjords, le premier ferry électrique lancé en 2018

La Norvège est un des plus gros producteurs pétroliers de l’union de l’Europe. Toutefois, c’est un pays qui a toujours manifesté son engagement pour l’écologie. Afin de mieux contribuer à la réussite de l’accord de Paris sur le climat, le pays a souhaité renouveler sa flotte et abandonner les moteurs à combustion. Dernièrement, la Norvège a annoncé le lancement du premier ferry électrique pour l’année prochaine.

L’appel d’offres pour la construction de ce navire particulièrement innovant a été lancé depuis 2010. Ce ferry baptisé « Future of the Fjords » est a été conceptualisé par la société The Fjords. L’engin est actuellement en cours de construction. Il mesure quatre-vingts mètres de long et vingt mètres de large. Le premier prototype sera utilisé entre deux grands fjords norvégiens.

Future of the Fjords

Le Future of the Fjords est équipé de deux moteurs électriques de trois cents kW. Il peut transporter cent vingt véhicules et trois cent soixante passagers.

Soutenu par les ONG

Outre la motivation environnementale, cette initiative s’inscrit également dans le cadre d’une volonté politique. Elle se concilie avec les objectifs de la Fédération des armateurs de Norvège. Cette dernière souhaite réduire de moitié l’émission de CO2 de la flotte norvégienne pour 2050 et la rendre nulle d’ici 2100.

Le projet a été encouragé par les organisations non gouvernementales qui défendent la protection de l’environnement.

Frederic Hauge est le président de l’ONG de défense de l’environnement Bellona. « Le transport maritime est un secteur où l’on peut dégager d’importantes économies de carburant grâce à l’électrification à la fois avec des solutions hybrides, mais aussi avec du tout électrique comme le « Future of the Fjords. » a-t-il mentionné.

Un cargo autonome à plusieurs avantages

« Tous les jours, plus de 100 trajets de camions diesel sont requis pour transporter des produits de l’usine de Porsgrunn aux ports de Brevik et Larvik, d’où on les expédie à nos clients à travers le monde. » a affirmé Svein Tore Holsether le directeur général de Yara, dans un communiqué.

« Avec ce nouveau cargo autonome à batterie, nous déplaçons le transport de la route vers la mer et, ce faisant, réduisons le bruit et les émissions de poussières, améliorons la sécurité routière et réduisons les émissions de CO2 et de NOx (oxyde d’azote). » a-t-il ajouté.