FutureFlight Central : la NASA s’intéresse aussi à la circulation aérienne

Les employés des tours de contrôle aériennes rencontrent actuellement des difficultés. De plus en plus de gens prennent l’avion. Ils ont été environ 3,5 milliards à le faire en 2016. Dans ce contexte, il est très difficile de veiller à la régulation et à la sécurité du trafic.

De ce fait, la NASA travaille sur de nouvelles techniques en vue d’améliorer la gestion et la sécurité du trafic aérien. Bien que l’agence ne soit pas directement impliquée dans la gestion aérienne des États-Unis, son intervention s’avère nécessaire. Il faut d’ailleurs signaler que plusieurs des technologies utilisées actuellement par les contrôleurs aériens ont été fabriquées dans ses locaux.

FutureFlight NASA

La tour de contrôle virtuelle de la NASA.

Face à la situation, la NASA a même ouvert une division spécialement dédiée à la chose et elle a récemment inauguré un centre de simulations assez particulier : le FutureFlight Central.

FutureFlight Central : un simulateur de tour de contrôle

Le FutureFlight Central est une salle assez vaste ressemblant à une simple tour de contrôle. Avec quelques différentes notables.

Les larges baies vitrées ne donnent ainsi pas sur l’extérieur, mais sur de gigantesques écrans capables d’afficher une très haute définition. Des écrans affichant l’image des pistes.

Grâce à eux, le personnel de la NASA pourra regarder les avions décoller et atterrir comme dans une vraie tour de contrôle. Pour coller au maximum à la réalité, une centaine d’appareils et de véhicules aéroportuaires ont été intégrés dans une base de données spécialement mise au point pour l’occasion.

D’après Fay Chinn, le directeur du Centre : “FutureFlight est un équipement unique permettant de recréer complètement l’expérience d’une tour de contrôle, dans n’importe quel aéroport, avec tout le trafic spécifique qui s’y rapporte”.

Savvy Verma, du Centre Ames de la NASA, donne plus de détails sur l’installation : “Nous pouvons changer les niveaux de circulation aérienne. Nous pouvons introduire des conditions météorologiques différentes ou des technologies et des configurations alternatives et jouer avec tous ces paramètres depuis cette installation”.

Des essais avant la mise en place

Grâce à ce centre de contrôle, l’agence spatiale américaine devrait être en mesure de développer des technologies innovantes, des technologies qui aideront à rendre le trafic un peu plus fluide.

Les chercheurs ont d’ailleurs développé un nouveau composant visant à automatiser le processus de communication entre les différents contrôleurs d’aéronefs. À l’heure actuelle, ces derniers utilisent en effet le téléphone pour coordonner leurs manœuvres et le système est loin d’être optimisé. Ce composant devrait donc les aider à fluidifier leurs actions.

Pour atteindre leur but, des pilotes et contrôleurs ont été mobilisés pour faire des tests. La FAA commencera à faire des essais dans de nombreux aéroports. Si le résultat est positif, tous les aéroports seront équipés de cette technologie en 2017.

Mots-clés aviationNASA