G, une lettre pas tout à fait comme les autres

Lorsque vous écrivez ou que vous lisez quelque chose dans un livre ou le journal, avez-vous remarqué que la lettre G ne s’écrit pas du tout de la même manière ? Sachez que ça arrive à tout le monde.

Des chercheurs de l’université Johns Hopkins aux États-Unis ont soumis plusieurs volontaires à des tests de reconnaissance très simples, beaucoup ont échoué.

Le test consiste à faire lire en boucle un petit texte rempli de G aux participants. Ils étaient ensuite invités à désigner la forme correcte de la lettre utilisée entre quatre formes différentes. Conclusion : la moitié a choisi la mauvaise forme, confondant la version imprimée et celle écrite à la main tandis que le reste n’a pas réussi à reproduire correctement la forme exacte.

Les résultats de cette étude passionnante ont été publiés dans le Journal of Experimental psychology : Human perception & Performance.

Deux formes de lettre G

Peu ont remarqué, mais la lettre G s’écrit de deux manières différentes : le G « opentail » qui correspond à la version écrite à la main et le G « looptail » qui désigne la version imprimée, celle que l’on retrouve dans la plupart des documents imprimés (journal, livres…) mais avec des polices plutôt communes comme Times New Roman ou Calibri.

Quand on regarde bien, la différence entre les deux est plutôt flagrante et pourtant, nous sommes nombreux à ne pas avoir fait attention à ce détail.

Les tests menés par l’université Johns Hopkins le prouvent : 38 participants ont été invités à faire la liste des lettres dont la version minuscule pouvait s’écrire de plusieurs manières. Ils n’ont été que deux à avoir pensé à la lettre G, tandis qu’un seul était en mesure de les écrire correctement. S’en est ensuite suivi le test de la Fable.

Une découverte importante pour l’apprentissage

À travers cette étude, les co-auteurs Gali Ellenblum et Michael McCloskey font remarquer que les gens « ne savent pas exactement à quoi ressemble la lettre G même s’ils peuvent la lire. » Les résultats semblent indiquer que la connaissance des lettres n’est pas immédiate lorsque nous ne prenons pas l’habitude d’écrire plus souvent. Dans la société actuelle, où les écrans prennent le pas sur l’écriture et la lecture, ce n’est pas gagné.

Michael McCloskey pose alors cette question pertinente : « Qu’en est-il des enfants qui apprennent à lire ? » Il souligne ainsi que connaitre la forme des lettres joue un rôle important dans l’apprentissage de l’écriture et la lecture.