Gabon : Anonymous a piraté les sites officiels du gouvernement pour contester la dictature

Anonymous est un célèbre collectif de pirates informatiques qui utilise le piratage informatique comme moyen de protestation. Il a été fondé officieusement autour de l’année 2003 et il tire principalement son nom de la manière dont les internautes postaient anonymement des messages sur les forums de 4chan. Durant ces dernières années, le collectif s’est retrouvé à plusieurs reprises sous les feux des projecteurs en se lançant dans plusieurs opérations menées à grande échelle.

Récemment, le groupe a pris pour cible le gouvernement gabonais en piratant 70 sites internet.

Anonymous a non seulement revendiqué l’attaque généralisée par DDoS et le dysfonctionnement des sites web du gouvernement gabonais qui en a suivi, mais le groupe explique aussi que c’est pour protester contre la dictature du président congolais actuel, Ali Bongo.

Ce piratage informatique est loin d’être le premier exploit des Anonymous. On leur attribue également la fermeture de plusieurs comptes de médias sociaux, notamment, ceux en lien avec l’État islamique.

Anymous : entre hacking et activisme

Les pirates informatiques d’Anonymous se réclament pour la plupart de l’hacktivisme, un mot-valise composé des termes hacking et activisme.

Dans une entrevue menée par iAfrikan, le groupe a déclaré que cette campagne de piratage avait pour unique objectif d’attirer l’attention sur leur protestation et non de causer nécessairement des dommages permanents.

Le groupe souligne ainsi que : « Nous sommes un groupe de protestation. Nous connaissons d’autres groupes qui nous ont poussés à nous immiscer dans d’autres réseaux. Toutefois, nous préférons organiser des manifestations de type flashmob. (…) Nous souhaitons bonne chance aux autres groupes, mais nos manifestations ne doivent pas causer de dommages permanents. »

Anonymous, un groupe qui s’en prend souvent aux dictateurs

Outre ce piratage, Anonymous a aussi mené d’autres attaques du même type dans d’autres pays notamment en Afrique du Sud et au Zimbabwe. D’ailleurs, le groupe est responsable du défaçage des sites internet du gouvernement nigérien.

Dans un tweet posté dans la soirée du 28 octobre, le groupe a déclaré : « #Anonymous sera toujours en avance sur les dictateurs et leurs régimes. Nous nous battons pour le peuple, pour les sans voix, les sans-technologie ! »

Au moment de cette publication, quelques sites gouvernementaux gabonais n’ont pas encore été rétablis. De même, on ignore si le groupe d’hacktisites continuera ou non l’attaque.

Mots-clés anonymous