Ce gadget attaché au poignet permet de communiquer à l’aide de petits mouvements de la main

Suite à un accident vasculaire cérébral (AVC), une personne peut avoir des difficultés à communiquer. Pour certaines personnes, cette difficulté se traduit par l’incapacité à exprimer correctement une idée, alors que chez d’autres, elle peut se manifester par l’incapacité à parler et à écrire.

Pour aider ces dernières, des chercheurs de la Beijing Normal University, de la Sun Yat-sen University et de la Guilin University of Electronic Technology ont développé un gadget qui permet de communiquer à partir de mouvements subtils de la main. L’appareil expérimental a la forme d’un patch particulièrement fin qui peut adhérer temporairement à la peau sur la partie extérieure du poignet.  

Patch de communication
Crédits Kun Xiao, Beijing Normal University, Chine

Selon les inventeurs de la technologie, le gadget a surtout été conçu pour les personnes qui ne peuvent pas parler ou bouger suffisamment leur main pour utiliser un clavier ou un écran tactile.

A lire aussi: Ce nouveau modèle de pacemaker est plus fin qu’un cheveu humain

Le fonctionnement du patch

Comparé aux gants communicatifs en cours de développement qui détectent également les mouvements de la main, le nouveau dispositif est capable de détecter des mouvements beaucoup plus petits. D’autre part, il permet à la main de bouger librement afin de sentir les surfaces et interagir d’une autre manière avec l’environnement.

L’appareil est constitué d’un matériau de base en silicone polydiméthylsiloxane (PDMS). Ce matériau est souple, flexible, biocompatible, et plusieurs « Fiber Bragg Gratings » ou FBGs y sont implantés. Un FBG est un réflecteur gravé dans une courte longueur de fibre optique. Il permet de refléter certaines longueurs d’onde de lumière, tout en laissant passer les autres. Lorsque la fibre se plie avec la main ou le poignet, il y a changement au niveau des caractéristiques de la lumière qui la traverse. Ainsi, en déterminant les mouvements de la main qui affectent la lumière et la manière dont cela fonctionne, on peut savoir ce que fait la main en se basant sur le comportement de la lumière.

Selon le Dr Chuanxin Teng de la Guilin University, l’utilisation d’un patch PDMS plus épais a provoqué un décalage de longueur d’onde plus prononcé. L’exploitation de l’effet d’amélioration de la sensibilité du PDMS a permis aux capteurs optiques de détecter la moindre courbure d’un doigt ou la moindre torsion d’un poignet.

Plusieurs applications potentielles

Le dispositif a été testé sur des personnes après avoir été rapidement calibré pour chacune d’entre elles. Grâce aux mouvements, les sujets pouvaient transmettre des commandes et des mots en code Morse. Actuellement, des travaux sont en cours pour miniaturiser la technologie, améliorer sa durabilité, et optimiser sa capacité à communiquer sans fil avec les smartphones qui se trouvent à proximité. D’autres utilisations possibles du patch sont également étudiées.

D’après le professeur Rui Min de la Beijing Normal University, au-delà de la détection des mouvements, le patch pourrait également être adapté à d’autres applications, par exemple pour surveiller la fréquence cardiaque ou respiratoire en détectant des mouvements corporels subtils. Les athlètes et les amateurs de fitness pourraient également en profiter car le gadget pourrait aider à surveiller et améliorer leur forme et leur technique en temps réel. Il pourrait aussi être intégré dans des systèmes de jeu pour des expériences plus immersives et interactives.

La recherche a été publiée dans la revue Biomedical Optics Express.

SOURCE: New Atlas

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.