Galileo : à la recherche des extraterrestres

L’équipe du projet Galileo, menée par Avi Loeb, professeur de sciences au sein de la division d’astronomie de l’université de Harvard, partira à la recherche des extraterrestres. Rappelons qu’Avi Loeb est l’auteur d’un livre qui traite l’objet Oumuamua comme provenant probablement d’une civilisation intelligente inconnue. Désormais, il dispose des moyens nécessaires pour chercher plus loin, notamment grâce à un don de 1,75 million de dollars.

L’équipe d’Avi Loeb va créer de nouveaux algorithmes en utilisant les bases de données existantes, issues de différentes études et observations au télescope. L’objectif du projet est de dénicher les éventuels vacanciers interstellaires, les satellites construits par des extraterrestres et les phénomènes aériens non identifiés (UAP).

La Terre vue de l'espace
Crédits Unsplash

Avi Loeb espère pouvoir capturer des images de haute qualité de ces observations d’UAP pour ensuite les analyser. Il prévoit d’installer des dizaines de télescopes dans le monde entier, dont chacun coûte environ 500 000 dollars.

A lire aussi : Le mystère Oumuamua enfin percé à jour ?

À l’affût de passage d’objets comme Oumuamua

Le livre Extraterrestrial : The First Sign of Intelligent Life Beyond Earth, écrit par Avi Loeb, a été publié en janvier 2021. Il y propose que Oumuamua soit probablement une voile légère, une antenne ou alors un vaisseau spatial extraterrestre. Pour rappel, le passage de l’objet et son apparition dans les télescopes, qui n’a duré qu’environ deux mois, a enthousiasmé la communauté astronomique en 2017.

« Nous ne pouvons que spéculer sur la possibilité d’expliquer Oumuamua par des explications naturelles inédites, ou en poussant notre imagination jusqu’à penser qu’il s’agit peut-être d’un objet technologique extraterrestre, semblable à une voile légère très fine ou à une antenne de communication, ce qui correspondrait plutôt bien aux données astronomiques. »

M. Loeb à Live Science

A lire aussi : Et si Oumuamua n’était qu’un iceberg composé d’azote ?

D’autres projets similaires sont en cours de développement

L’équipe espère ainsi pouvoir retrouver des artefacts recelant des traces de l’existence d’une civilisation extraterrestre. Pour ce faire, elle compte sur des télescopes déjà opérationnels ainsi que d’autres qui seront mis en place prochainement. Elle aura également accès l’observatoire Vera C. Rubin de 8 mètres qui est en cours de construction au Chili.

L’initiative a été félicitée par l’institut de recherches de civilisations extraterrestres SETI. Elle a néanmoins reçu des critiques de la part de certains experts. Des chercheurs estiment que ce projet est un doublon d’autres programmes en cours. Le Comet Interceptor de l’Agence spatiale européenne, par exemple, qui sera lancé en 2028, recherchera également des comètes ou des objets interstellaires.