Game of Thrones analysé par des mathématiciens

Une étude effectuée par un groupe de mathématiciens britanniques et irlandais a révélé que la célèbre série de romans « A Song of Ice and Fire », utilisée pour la réalisation de la série populaire « Game of Thrones », est plus réaliste que ce que l’on pourrait croire. Selon les auteurs de l’étude, les personnages des cinq livres auraient en effet des relations et des interactions assez similaires à ce qui existe dans la vie réelle.

Selon les chercheurs, les interactions entre les personnages citées dans les livres correspondraient exactement à ce que le cerveau humain peut gérer. Les centaines de relations correspondant à chacun des personnages seraient ainsi d’une quantité raisonnable ne risquant pas de surcharger le cerveau.

Crédits Pixabay

L’étude a été menée par cinq universités incluant Oxford et Cambridge et les auteurs ont analysé plus de 1,7 million de mots répartis sur un total de 4 244 pages.

Une interaction qui reflète la vie réelle

D’après l’article décrivant l’étude en question, les 2 007 personnages cités dans les livres ont interagi plus de 41 000 fois. Parmi eux, 1 806 ont été en relation avec un autre personnage au moins une fois. Les chercheurs ont alors calculé qu’il y a eu 150 interactions ayant lieu en même temps, ce qui représente le nombre moyen de relations que le cerveau humain est capable de gérer en une seule fois.

Les auteurs ont expliqué que le fait que la série « A Song of Ice and Fire » ne soit pas surchargée de relations et d’interactions la rend semblable aux relations humaines réelles. Ils ont expliqué que George R. R. Martin, au lieu de remplir l’histoire de nombreuses interactions, a écrit divers chapitres du point de vue de quelques personnages. Ainsi, il n’existerait que 14 personnages utilisés comme principaux narrateurs des différents chapitres, un moyen de permettre aux lecteurs de rester dans des modèles plus naturels.

A lire aussi : Le spin off de Game of Thrones a trouvé son roi Targaryen

Des morts cohérentes ?

Parmi les points qui ont fait la renommée de Game of Thrones, il y a la mort de certains personnages qui semble arriver de façon complètement aléatoire. Les mathématiciens pensent toutefois que les décès qui se produisent tout au long de la série ne se produisent pas par hasard. Ils ont expliqué que les personnages comme Rob Stark ou Hodor sont morts d’une manière qui correspond  aux activités normales de l’homme.

Martin a seulement usé de son talent pour faire croire aux lecteurs que les morts étaient aléatoires et inattendues.

« Le fait de décrire les événements significatifs par le temps du discours plutôt que par le moment où ils se produisent semble maintenir le suspens auprès du lecteur », ont remarqué les auteurs de l’étude.

A lire aussi : Hodor connaîtra un destin différent dans les livres

On peut ainsi dire que Martin a su comment procéder pour retenir l’attention des lecteurs tout en veillant à ce que ceux-ci ne tombent pas dans la confusion avec tous les noms et les interactions entre les nombreux personnages.

Mots-clés game of thrones