Game & Watch: Super Mario Bros., notre avis

Alors que certains profitent de leurs consoles next-gen – tandis que d’autres attendent patiemment leurs réassorts – Nintendo continue à fêter les 30 ans de Mario avec la sortie de la Game & Watch: Super Mario Bros., réédition spécialement conçue pour l’occassion de l’une des gammes de jouets les plus célèbres de la firme de Kyoto.

Ce jouet anniversaire inclut une horloge en plus de trois jeux différents – Super Mario Bros., Super Mario Bros.: The Lost Levels et le classique de la G&W Ball, revu façon Mario afin de rester en ligne avec le

Game & Watch: Super Mario Bros.

Tirée de l’esprit de génie de l’inventeur Gunpei Yokoi, la Game & Watch était conçue comme un jouet portable à destination des grands et des plus jeunes ; elle a fait les beaux jours de Nintendo dès son lancement en 1980 et aura perduré jusqu’en 1991.

Plus d’une centaine de modèles différents ont vu le jour – avec des jeux cultes comme Oil Panic, Parachute, Octopus ou encore Turtle Bridge – et son héritage perdure encore aujourd’hui au sein du constructeur ; ce n’est pas par hasard que Super Smash Bros. a vu l’inclusion de Mr. Game & Watch comme incontournable depuis son apparition dans l’épisode Melee en 2001.

Comme à l’époque, mais pas vraiment

La réplique anniversaire est en tout point identique à celui des machines d’origine à quelques exceptions près : l’écran couleur retro-illuminé remplace le LCD monochrome d’antan, les piles boutons ont été heureusement remplacées par une batterie rechargeable via USB-C (cable inclu) et le petit support en métal que l’on retrouvait jadis sur la façade arrière des modèles à écran unique est porté disparu.

C’est à cette gamme que l’on doit notamment l’invention du d-pad telle qu’on le connaît aujourd’hui chez Nintendo – la croix directionnelle revient ici dans sa forme originelle au confort de jeu égal au standard habituel de la firme. Bonne surprise également, les deux boutons A & B en caoutchouc sont relativement agréables à utiliser ; on aurait pu croire à des inputs mous pour émuler les années qui passent, mais Nintendo n’a pas lésiné sur la qualité du produit.

La Game & Watch: Super Mario Bros. entre “Turtle Bridge” et “Mickey Mouse”.

Mais si aucun problème n’est à signaler avec les contrôles, c’est plutôt la forme de la Game & Watch dans sa globalité qui pose problème ; le bousin accuse ses trente ans d’ancienneté avec un design daté aux coins âpres qui rentrent un peu trop dans les paumes et dont la taille conduit inévitablement à une position des mains inconfortables.

Difficile de se voir compléter le très ardu Lost Levels sur la machine ; le fait est que la Game & Watch n’a pas été conçue pour accueillir des jeux du genre. On aurait bien du mal à vider complètement sa robuste (d’environ 8 heures selon les chiffres officiels de Nintendo) tant l’expérience n’invite pas au replay acharné – à moins d’utiliser l’un des cheat codes cachés permettant l’ajout de vies illimitées.

En lieu et place de ces deux plateformers cultes, les esprits les plus nostalgiques pourront citer plusieurs jeux Game & Watch qui auraient agrémenté à merveille l’apport “historique” de cette réédition – à la manière des Game & Watch Gallery qui ont fait les belles heures du scoring portable sur Game Boy. Hélas, plus qu’un hommage à la lignée de jouets en elle-même, c’est Mario qui passe avant tout pour ce circuit annuel des festivités. On apprécie le soin apporté tant au packaging qu’à l’horloge et sa multitude d’animations différentes, mais difficile d’y voir une killer feature qui pousserait à l’achat – on manque bien d’argument pour justifier le tarif fixé aux alentour d’une cinquantaine d’euros.

Mais peut-être que voir trop grand pour un objet si petit est une erreur de jugement fondamentale ; il ne faut pas considérer la Game & Watch: Super Mario Bros. comme une console “mini” au même titre que ses consorts plus sédentaires, ni même à la voisine d’en face de chez Sega : il s’agit là d’un jouet à destination des collectionneurs les plus acharnés, ceux qui pour qui l’attrait de l’objet en lui-même à plus de valeur que la valeur du jeu proposé ; à la rigueur, les parents désireux de transmettre leurs souvenirs d’antan à leurs progénitures pourront également y trouver un intérêt par un biais plus pratique et plus accessible que celui de la chasse interminable au bon prix sur eBay et consorts.

Mots-clés marionintendo