Gare au débridage de vélo électrique en France !

Désormais les utilisateurs de vélo électrique feraient mieux de réfléchir par deux fois avant de débrider leur jouet, car cela pourrait leur coûter très cher.

Le Code de la route en France a en effet été modifié fin décembre, et il prévoit désormais de lourdes sanctions pour les cyclistes qui achètent un kit de débridage.

Crédits Pixabay

De lourdes sanctions pour punir le débridage de vélo électrique

L’article L317-1, en vigueur en France depuis le 24 décembre 2019, punit sévèrement le recours au débridage sur les vélos électriques. Si vous vous faites prendre, vous encourez une amende maximale de 30 000 €.

Et pour ceux qui pensent être suffisamment riches pour payer cette amende sans problème, eh bien sachez que vous encourez également jusqu’à un an de prison pour cette infraction. Et en plus, vous pourriez avoir une suspension de permis de jusqu’à trois ans.

Bricoler votre vélo électrique pour avoir une vitesse plus élevée n’est donc plus une bonne idée. Mais les individus ne sont pas les seuls à être visés par cette nouvelle réglementation. La loi s’applique également aux importateurs, aux revendeurs et aux distributeurs.

En effet, toute entreprise ou personne qui crée, importe ou vend un kit de débridage de vélo électrique est passible de la même amende pouvant atteindre 30 000 €, et jusqu’à deux ans de prison.

La tentation de débrider les vélos électriques est forte

Pour rappel, en France la limite légale de vitesse d’un vélo électrique est de 25 km/h pour les vélos standards. Les vélos électriques dits Speed ​​Pedelecs peuvent eux aller jusqu’à 45 km/h. La puissance doit être limitée à 250 W, mais cette réglementation est plus difficile à contrôler, les forces de l’ordre n’ayant pas de quoi mesurer la puissance réelle des vélos électriques. Alors un simple autocollant «250 W» suffit parfois à faire passer un vélo électrique de 400 W à travers les mailles du filet.

Par contre la limitation de vitesse est elle plus facile à contrôler et donc on peut facilement se faire prendre si on ne respecte pas la réglementation. Pourtant 25 km/h c’est plutôt lent selon les standards de vélo.

La tentation reste donc forte !