General Motors livre une première série de respirateurs dans le cadre de son contrat avec le gouvernement américain

Le vendredi 20 mars, General Motors et Ventec ont conclu un partenariat visant à produire plus d’appareils médicaux dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus. Les entreprises se sont ainsi penchées sur la fabrication de respirateurs de soins intensifs de Ventec, appelés VOCSN, qui se présentent comme un appareil multifonction haut de gamme comprenant un respirateur, un concentrateur d’oxygène, une aide à la toux, une aspiration et un nébuliseur.

En tout, l’appareil serait composé de plus de 700 composants et a reçu l’autorisation de la FDA en 2017. Justement, TechCrunch nous informe le vendredi 17 avril 2020 que GM et Ventec Life Systems ont livré leur premier jet de respirateurs le jeudi 16 avril 2020 à des hôpitaux. D’autres respirateurs ont également été acheminés vers d’autres installations.

Crédits Pixabay

Il s’agit des premières livraisons sur une commande totale de 3.000 respirateurs du gouvernement américain. Jusqu’ici, les livraisons ont eu lieu dans les hôpitaux de Chicago et d’Olympia Fields, en Illinois.

Un devis controversé à 1 milliard de dollars

Pour produire ces respirateurs, GM a étudié la possibilité de se procurer les matériaux nécessaires à la construction d’une nouvelle salle blanche et d’une ligne de production dans son usine de Kokomo. Le constructeur automobile a conclu que cela lui coûterait environ 750 millions de dollars, un prix qui inclut la rénovation d’une partie de l’usine ainsi que l’achat de matériaux pour la fabrication des respirateurs et le paiement du salaire des 1.000 travailleurs nécessaires à cette production. L’entreprise Ventec a également ajouté un prix estimatif de 250.000 dollars sur le devis de GM.

Au départ, l’administration Trump avait reculé devant le prix demandé par les deux entreprises. Face à cette hésitation du gouvernement américain, GM et Ventec avaient quand même l’intention de fabriquer les respirateurs. Malgré tout, le président des États-Unis, Donald Trump, s’est servi de Twitter pour exprimer son mécontentement envers GM et son PDG, Mary Barra. Par la suite, le président américain a signé une directive présidentielle pour contraindre le constructeur automobile à non seulement produire les respirateurs, mais également à prioriser les contrats fédéraux.

Un contrat revu à la baisse

Malgré le différend entre les deux parties, GM a réussi à conclure un contrat de 490 millions de dollars avec le gouvernement fédéral dans le but de produire 30.000 respirateurs d’ici la fin du mois d’août. Le constructeur automobile compte ainsi mettre au point un autre respirateur de soins intensifs de Ventec, appelé VOCSN V+ Pro, un appareil plus simple qui ne compte que 400 composants.

De plus, pour produire les respirateurs du gouvernement à temps, GM va construire un respirateur qui ne comprend qu’une capacité de ventilation. Jusqu’ici, 10 respirateurs ont été livrés à Franciscan Health, à Olympia Fields. Un autre lot de 10 respirateurs a également été livré au Weiss Memorial Hospital de Chicago le 17 avril 2020 et un troisième jet de 34 respirateurs sera livré le samedi 18 avril à l’Agence fédérale de gestion des urgences à l’aéroport international de Gary/Chicago pour être distribué dans les autres endroits où il y a pénurie de respirateurs.

La situation de la pandémie de coronavirus est actuellement au point critique aux États-Unis. En effet, de nouveaux cas de coronavirus sont apparus au fur et à mesure que des tests sont effectués. Alors que certaines personnes présentent des symptômes bénins, d’autres connaissent de graves problèmes respiratoires et ont dû être hospitalisées. La pénurie de respirateurs a ainsi conduit les constructeurs automobiles à participer à la production de respirateurs pour les patients, mais également de masques faciaux et de respirateurs à adduction d’air filtré (PAPR) pour le personnel médical.

source: https://techcrunch.com/2020/04/17/gm-delivers-first-ventilators-under-30000-unit-government-contract/