GG Removals : les ayant droits ont-ils votre site dans leur collimateur ?

On a appris la semaine dernière que Google allait prochainement intégrer un nouveau paramètre à son algorithme, un paramètre visant à pénaliser les sites ayant fait l’objet d’une demande de suppression de pages par les ayant droits. L’objectif étant bien évidemment de pénaliser tous les sites proposant du contenu protégé par les droits d’auteur en streaming ou en téléchargement. Et la question que vous vous posez peut être, c’est de savoir si votre site a déjà fait l’objet de ce genre de demandes. Soyez heureux car un nouveau service va justement vous permettre de répondre à cette épineuse question : GG Removals. Et autant vous prévenir, vous risquez d’avoir de jolies surprises. Comme moi, en fait…

GG Removals : les ayant droits ont-ils votre site dans leur collimateur ?

GG Removals : simple et efficace

À la base, toutes ces chouettes demandes peuvent être consultées sur un site dédié. Sauf que voilà, Google croule étrangement sous ce type de demandes et autant dire que la liste est longue, vraiment très longue. Et vous, et bien vous n’avez pas forcément assez de temps devant vous pour éplucher tout ça. Plutôt compréhensible, évidemment.

C’est pour cette raison que Kendyan à eu l’idée de concevoir un outil permettant de fouiner dans cette base de données à votre place. Tout ce que vous avez à faire, finalement, c’est de vous rendre sur GG Removals et de saisir l’adresse du site qui vous intéresse et de cliquer sur le petit bouton qui va bien. Quelques secondes plus tard, GG Removals va vous indiquer si le site en question se trouve dans le collimateur de ces petits coquins d’ayant droits et, surtout, il va vous donner le nom de ces derniers histoire que vous sachiez à qui vous avez affaire.

Microsoft vs la Fredzone

Alors forcément, votre humble serviteur s’est amusé à tester le service et c’est ainsi qu’il s’est rendu compte que la Fredzone faisait justement l’objet d’une telle demande. Microsoft, pour ne pas le nommer, à ainsi demandé à Google de supprimer deux de mes pages, demande adressée le 18 août soit avant hier. Rien de très étonnant, la firme de Redmond est l’une des entreprises qui fait le plus de demandes de suppression. Toutefois, comme vous devez vous en doutez, cette demande m’a laissé très perplexe, d’autant plus que la demande de Microsoft n’est pas accessible. Dans ce contexte, il n’est pas facile de savoir de quoi la firme m’accuse.

Il suffit cependant de faire quelques recherches sur Google pour découvrir que de nombreux sites ont également subit les foudres de Redmond. C’est notamment le cas de Ghacks qui s’est retrouvé dans la même situation que moi. Et vous savez pour quoi ? Tout simplement parce qu’ils ont publié la feuille de route de la firme, feuille de route qui s’est retrouvée sur la toile en novembre dernier et qui a visiblement agacé Microsoft bien comme il faut. Intéressant, non ? Oui, surtout que ce document a aussi été évoqué sur la Fredzone, ainsi que d’autres. D’après mes recherches, les pages en question n’ont pas encore été supprimée de l’index de Google mais il y a de fortes chances qu’elles le soient dans les jours qui viennent.

Le plus agaçant dans cette histoire, ce n’est même pas le fait que la demande de Microsoft risque de me porter préjudice à la prochaine mise à jour de Pengouin (quoi que, pour deux pages, il me laissera peut-être tranquille). Non, ce qui m’irrite au plus haut point, c’est que Google ne m’a absolument pas prévenu de la chose ! Qu’ils ne m’envoient pas de carte postale, je peux le comprendre, mais un petit message dans les Webmaster Tools, ça ne coûte rien. Mais non, il faut croire que les webmestres et les blogueurs passent au second plan, Big G préfère apparemment privilégier les ayant-droits, les puissants, les grands de ce monde. C’est bien mais à ce train là, c’est carrément le web qui risque de s’en prendre un petit coup derrière la tête.

Au passage, un grand merci à Microsoft, évidemment.

Et merci aussi à Philippe, mais cette fois ce n’est pas ironique.