Girls Do Porn : l’acteur a plaidé coupable

Nouveau rebondissement dans la sordide affaire Girls Do Porn. Ruben Andre Garcia, l’acteur principal du studio, a plaidé coupable aux chefs d’accusation de trafic sexuel par la force, de fraude et de coercition dans le cadre du procès en cours contre la société pour laquelle il travaillait.

Girls Do Porn était une société de production spécialisée dans les films pour adultes. Plutôt que de travailler avec des actrices professionnelles, elle avait choisi de se tourner vers les amatrices.

Crédits Pixabay

Pratt, Garcia, Wolfe et Moser, les quatre figures publiques du studio, proposaient ainsi à des jeunes filles de tourner dans leurs films tout en leur promettant de ne pas diffuser les images sur le marché américain.

Girls Do Porn, un studio qui mentait à ses actrices

Les vidéos devaient en effet se destiner à des collectionneurs privés établis en Australie.

La réalité était cependant bien différente. Non contente de diffuser les vidéos sur son propre site, la société de production les partageaient également sur Pornhub ainsi que toutes les plus grosses plateformes spécialisées. Pire encore, certaines de ces vidéos étaient même devenues très populaires, totalisant ainsi des millions de vues. Avec toutes les conséquences que cela pouvait avoir pour les actrices d’un jour.

Or justement, décidées à faire valoir leurs droits, vingt-deux de ces femmes ont décidé de lancer une procédure à l’encontre de Girls Do Porn. En novembre 2019, les quatre figures sus-nommées ont ainsi été inculpées de trafic sexuel. Michael Pratt, l’homme à la tête de l’entreprise, a préféré fuir, ce qui lui a valu d’être placé sur la liste des criminels les plus recherchés du FBI.

A lire aussi : Girls Do Porn, le site a fermé ses portes

Le créateur de la société toujours en fuite

Garcia, de son côté, a commencé par plaider non coupable, avant de se raviser lors d’une audience qui s’est tenue vendredi dernier. L’homme a ainsi reconnu les faits et il a plaidé coupables à deux des sept chefs d’accusation qui le visent, à savoir complot en vue de commettre un acte de trafic sexuel” et “trafic sexuel par la force, la fraude et la coercition”.

Un changement de stratégie qui n’a pas vraiment surpris l’accusation, dans la mesure où l’un des caméramans travaillant pour Girls Do Porn à l’époque des faits a témoigné contre l’acteur. Durant le procès, il a en effet déclaré avoir entendu Garcia dire très clairement aux actrices que les vidéos ne seraient diffusées qu’en DVD sur le marché australien.

Toutefois, ce n’est pas le seul tort de Garcia. Non content de mentir sciemment aux jeunes filles recrutées par Girls Do Porn, l’acteur a également rempli des fonctions de rabatteur tout en recevant des commissions pour les femmes qu’il ramenait.

A lire aussi : Girls Do Porn condamné à verser 12,7 millions de dollars

L’acteur risque une peine de prison à vie

Des femmes qui était encouragées à boire de l’alcool et à fumer du cannabis pour se détendre avant le tournage.

De leur côté, les plaignantes ont également accusé l’acteur de s’être montré hostile sur les tournages. Garcia aurait ainsi pousser de force une éponge dans le vagin d’une femme qui avait commencé à avoir ses règles sur le tournage. Une autre l’accuse de l’avoir poussé sur le lit pour la violer.

A lire aussi : Pornhub a enfin fermé la chaîne de Girls Do Porn

Pour l’instant, aucun verdict n’a été rendu, mais Garcia s’expose à une lourde peine pouvant aller jusqu’à la prison à vie.

Mots-clés girls do porn