Girls Do Porn : l’administrateur du site est désormais sur la liste noire du FBI

Michael Pratt, le créateur et l’administrateur de Girls Do Porn, se trouve désormais sur la liste des criminels les plus recherchés du FBI.

Girls Do Porn a été fondé quelques années en arrière. Très établi dans le marché de la vidéo pour adultes, le studio était spécialisé dans la réalisation et la diffusion de clips pornographiques. Avec une particularité notable : les actrices mises en scène étaient en réalité des amatrices qui souhaitaient pimenter leur vie sexuelle.

Crédits Pixabay

Très vite, le studio a donc su s’imposer sur le marché et il a rapidement commencé à accumuler les vues.

Girls Do Porn, un studio qui se spécialisait dans le porno amateur

L’histoire a cependant pris une toute nouvelle tournure l’année dernière lorsque vingt-deux femmes ont déposé une plainte contre le studio.

Girls Do Porn ne disait effectivement pas toute la vérité à ses actrices. Pour pousser les actrices d’un jour à tourner pour eux, Michael Pratt et ses associés leur promettaient que leurs vidéos seraient uniquement diffusées auprès d’acheteurs privés basés en Nouvelle-Zélande. Mais dans les faits, les vidéos ont fini sur le site du studio ainsi que sur toutes les plateformes spécialisées, comme YouPorn ou encore Pornhub.

Pire encore, certains de ces clips sont même devenus viraux et ont ainsi amassé des dizaines de millions de vues. Ce qui a bien entendu eu de graves conséquences pour les actrices.

Des actrices trompées par l’équipe de réalisation

La plainte a été entendue et au terme d’un long procès, Girls Do Porn a été reconnu coupable de malveillance, oppression et fraude en janvier et condamné à verser 12,7 millions de dollars aux plaignantes.

De leur côté, les personnes composant l’équipe de production de l’entreprise font face à des accusations fédérales de trafic sexuel. Quant à Michael Pratt, l’homme qui était à la tête de l’entreprise, il s’expose aussi à deux accusations supplémentaires, à savoir production de pornographie juvénile et trafic sexuel d’un mineur.

Or justement, lorsque le procès a débuté, Michael Pratt a totalement disparu de la circulation. Et si l’on ignore où l’homme a fui, les autorités américaines pensent qu’il a trouvé refuge dans son pays natal, soit en Nouvelle-Zélande.

Des accusations extrêmement graves

Quelques mois plus tard, nous n’en savons pas beaucoup plus, mais le FBI n’a pas l’intention d’en rester là. Le bureau vient en effet d’ajouter le nom de Michael Pratt à la liste des criminels les plus recherchés.

Il y a plus cependant, car le FBI a également mis en place un système de récompense pour aider à sa localisation. Il promet ainsi jusqu’à 10 000 $ de récompense pour toute information permettant de localiser le suspect et de mener à son arrestation.

L’annonce publiée sur le site du bureau précise également que Michael Pratt est accusé “d’avoir recruté de jeunes adultes et des femmes mineurs pour se livrer à des actes sexuels commerciaux par la force, la fraude et la coercition”. D’après le bureau, les sites web de Pratt auraient généré plus de 17 millions de dollars de revenus. Il rappelle également que l’homme fait l’objet d’un mandat d’arrêt fédéral, un manda émis en novembre 2019 et il y a donc presque un an de cela.

Mots-clés girls do porn