Girls do Porn : le fondateur de la société accusé de pédo-pornographie

Michael Pratt, le fondateur du site Girls Do Porn, se retrouve une nouvelle fois en mauvaise posture. Selon NBC7, l’homme serait en effet accusé d’avoir produit des contenus pédo-pornographiques. Une accusation qui vient d’ajouter aux autres charges retenues contre lui.

Girls Do Porn était à la base un studio spécialisé dans la production de contenus pour adultes. Pour se distinguer du lot, il avait choisi de se spécialiser dans les contenus amateurs.

SexServices

Crédits Pixabay

Michael Pratt et ses associés proposaient ainsi à des jeunes filles de tourner dans des films épicés en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes.

Girls Do Porn : l’affaire connaît un nouveau rebondissement

Girls Do Porn a opéré pendant plusieurs années, jusqu’à ce que vingt-deux femmes déposent plainte devant un tribunal, en accusant l’entreprise de leur avoir sciemment menti.

Pour rassurer les amatrices, plusieurs membres de l’équipe du studio leur auraient effectivement fait croire que les films se destinaient uniquement au marché australien. Dans les faits, cependant, cela n’a pas été le cas et toutes les vidéos réalisées par l’entreprise ont été diffusées sur son site et sur des plateformes spécialisées comme Pornhub ou YouPorn. Certaines d’entre elles ont même totalisé plusieurs dizaines de millions de vues, propulsant ainsi leurs actrices sous les feux des projecteurs. Une situation très inconfortable.

La procédure est en cours depuis plusieurs années maintenant, mais elle s’est accélérée le mois dernier lorsque Michael Pratt et trois de ses acolytes ont été inculpés de trafic sexuel. Une décision qui a poussé Pornhub et Reddit à faire le ménage sur leurs propres plateformes, en fermant la chaîne de l’entreprise et un subreddit spécialisé consacré à ses contenus.

Et à présent, l’affaire semble être sur le point de connaître un nouveau rebondissement. NBC7 rapporte en effet qu’un nouvel acte d’accusation fédéral a été déposé le 6 novembre, un acte accusant Michael Pratt d’avoir produit de la pornographie infantile et d’avoir sexuellement exploité un mineur.

Le fondateur de l’entreprise accusé de pornographie infantile

D’après cet acte, le fondateur de Girls Do Porn aurait effectivement tenté d’ « employer, persuader, inciter et contraindre un mineur de 16 ans à se livrer à un comportement sexuellement explicite ». Toujours selon les procureurs, Pratt aurait également cherché à tirer une contrepartie financière de la situation.

Dans leur article, nos confrères indiquent également que si ces accusations sont nouvelles, elles font également écho à des allégations précédentes.

L’une des plaignantes a ainsi indiqué avoir été contactée par Girld Do Porn alors qu’elle n’avait que dix-sept ans. Plusieurs échanges auraient ensuite eu lieu, des échanges portant notamment sur des photos dénudées. La vidéo aurait ensuite été tournée le lendemain de son dix-huitième anniversaire.

Il a également été révélé que Girls Do Porn faisait appel à ce que Pratt et ses acolytes appelaient des « femmes de référence », et donc des femmes qui se faisaient passer pour d’anciennes actrices afin de rassurer les amatrices contactées par l’entreprise. Certaines d’entre elles auraient ainsi perçu des centaines de dollars pour mentir aux femmes contactées par l’entreprise.

A noter que Michael Pratt a quitté les Etats-Unis lorsque l’affaire a commencé à être médiatisée. D’après les informations, il se trouverait actuellement en Nouvelle Zélande.

Mots-clés girls do porn